Partagez | 
 

 from dusk til dawn (quête n°1, situation n°2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Morea Risk
the time has come to see how bitter the razor tastes ƒ 2 ♀

avatarthe time has come to see how bitter the razor tastes ƒ 2 ♀




Pseudonyme : deadpool
En ville depuis le : 20/01/2015
Nombre d'insultes postées : 41
Célébrité : scarjo
Âge du personnage : trente ans
Métier : lieutenant au sein du bfo, alors faites attention à vos fesses


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : chaotic good
Statut : riskytenant
Capacités et inventaire :

MessageMar 27 Jan 2015 - 5:44

Citation :
C’est la première fois que vous mettez les pieds dans ce temple de la débauche. La musique assourdissante résonne. L’atmosphère est lourde, vous prend aux tripes. Vous avez envie de quelque chose de différent ce soir et c’est au Carrousel que vous êtes venu le trouver. Cette nouveauté vous la trouverez surement dans cette petite salle cachée que vous avez découvert par le plus grand des hasards. Mais ce que vous voyez ne vous plaît pas forcément.

Elle a l'impression que son sang est lourd, sirupeux, qu'il voyage lentement dans ses veines alors qu'elle approche du Carrousel. Ses talons claquent sur le bitume, résonnent. Ses yeux pâles croisent ceux du doorman, qui la dévisage avec suspicion, et elle va se mettre en ligne derrière des hommes et des femmes, tous richement vêtus, qui attendent pour entrer dans l'entrepôt. Tous la regardent. Comme s'ils flairaient son odeur.

Que fait-elle ici ?

Sa simple présence sur le terrain est une irrégularité. Surtout dans un tel endroit. C'est Archie lui-même qui lui a donné cette mission. Sans doute savait-il que s'il laissait Finnick proposer cette excursion à Risk, il allait le retrouver plus mort que mort. Ils ont eu des informations par rapport à certaines activités impliquant des Outres, au sein de ce sous-sol d'entrepôt reconverti en lieu de débauche à la légalité douteuse, et ils ont besoin que quelqu'un y enquête discrètement. Y trouve un contact, un certain Ozymandias, qui aurait des liens avec Calum Foster. Confier l'affaire à des inspecteurs moins expérimentés est un risque. Seule une personne avec un peu de bouteille et beaucoup de cran est un bon choix – et il s'avérait que Morea était la personne idéale, dans l'oeil d'Archie et de Finnick, pour cette excursion coupe-gorge dans un nightclub clandestin rempli d'Outres.
Charmant. Elle aimait beaucoup qu'on pense à elle ainsi, vraiment, c'était touchant. Comme mission pour commencer l'année, c'était trop, vraiment, Archie, merci, c'est trop d'honneur.
Elle avait ravalé sa bile et avait accepté. Évidemment. Seulement si elle pouvait effectuer cette mission seule. Le supérieur avait protesté, mais avait fini par accepter. Seule, parce qu'elle ne voulait qu'absolument personne du BFO la voit attifée comme elle allait l'être.

Comme Risk l'est, donc, en ce moment, piétinant sur ses talons hauts et serrant son manteau autour d'elle, grelottant dans la nuit humide de janvier. Elle a laissé trois de ses flingues au BFO, ainsi que son poignard. Elle se sent nue, sans eux, et ce n'est certainement pas uniquement parce que sa robe laisse deviner beaucoup trop de ses jambes à son goût. Et de son décolleté. Et de ses bras. Pour l'amour de peu importe quelle entité dans l'univers, pourquoi elle ? Morea rabat une de ses mèches blondes derrière son oreille avec agacement alors que la queue avance lentement, jusqu'à ce qu'elle soit la prochaine à entrer au Carrousel. « Papiers. » Un sourire séducteur au doorman, auquel elle tend de faux papiers d'identité – au nom de Jillian O'Shaunagan. Il les examine un peu trop longuement à son goût avant de les lui redonner et de la laisser entrer et se perdre dans le dédale de couloirs et d'escaliers, suivant la musique lente qui pulse à travers les murs.

Il fait une chaleur affolante au Carrousel et lorsqu'elle confie son manteau au vestiaire, c'est avec bonheur. La sensation de son amulette qui effleure sa peau la rassure et elle se dirige vers le bar, la tête haute. Les regards qui glissent sur elle la dégoûtent. Elle se force à ne rien regarder, observant les lieux avec attention. Le décor est soigné, élégant, mais l'odeur qui règne est lourde, musquée, parfumée. Sa voix feutrée se glisse jusqu'à l'oreille du barman, alors qu'elle s'appuie sur la patine du bar : « Un scotch. Double. » Elle ne pourra pas survivre sans ça. Le verre lui est servi, elle le paie sans sourciller face au prix et elle trempe ses lèvres dans l'alcool – excellent. Un regard rapide aux bouteilles contre le mur. Que de bonnes cuvées. Quiconque possède cet endroit sait bien ce qui est le meilleur. « Vous venez danser ? La voix est féminine – l'offre est faite par un couple. Un bel homme, à la carrure avantageuse, entoure de son bras la taille d'une brunette. Celle qui a posé cette question sans équivoque. Un sourire en réponse. Plus tard. Nous serons juste là. »
L'homme lui a répondu, levant une main pour effleurer ses cheveux pâles, avant d'entraîner sa partenaire sur la piste. Un frisson court sur ses épaules. Elle sait bien qu'elle n'a pas le choix d'y aller. Elle doit se fondre dans la masse, avant de partir explorer. On l'a déjà repéré. Elle est une Norme, ici, un repas de choix pour certaines créatures malveillantes, elle doit se montrer maligne et pourtant ne pas attirer l'attention plus qu'elle le fait déjà. Risk laisse couler ses yeux jusqu'à son double scotch, soupire, puis l'avale d'un coup.

C'est le moment de prouver qu'elle porte bien son nom.

***

Morea s'éloigne en tanguant légèrement sur ses chaussures, s'échappant des mains baladeuses de Ryann, la brunette, et des baisers langoureux que Bryn a dispersé dans sou cou pendant leurs danses. Besoin d'aller se rafraîchir, a-t-elle dit à ses compagnons en riant, qui se languissent déjà de son retour. À peine a-t-elle quitté la salle de la piste de danse son sourire fond-t-il sur ses lèvres, laissant la femme reprendre son faciès sérieux et son regard d'acier. Rien de plus facile que de feindre l'ivresse, surtout avec des personnes qui ont consommé leur quota de drogue et d'alcool. Elle a joué le jeu, leur jeu, mais c'est désormais à elle de mener la danse.

Bryn et Ryann sont des habitués de l'endroit et l'ont rapidement informé de la salle où Ozymandias se tient habituellement pour ses « petites affaires », comme ils l'ont dit en souriant. Peu importe ses liens avec le mystérieux propriétaire du Carrousel et de pourquoi celui-ci le laisse faire, s'il en a conscience, ou la teneur desdites affaires. Tout ce qui intéresse la blonde, ce sont ses liens avec Foster.
Seules des black lights éclairent les corridor et font briller sa chevelure dans le noir, alors que les petites salles défilent. Certaines fermées à clé, d'autres ouvertes, laissant filtrer des sons plus qu'équivoque. Les spectres des baisers de Bryn flottent encore sur sa peau et elle ne peut retenir un frisson de désir, chassant bien vite cette pensée. Oui, heureusement qu'elle fait cette mission seule... elle n'aurait jamais accepté qu'un de ses collègues la voit ainsi.

Cela dit, elle sent bien qu'elle se perd et lorsqu'elle se retourne, elle ne sait plus du tout où elle est dans cet endroit. Pourtant, c'est un sous-sol d'entrepôt... ça ne devrait pas être aussi vaste. Elle garde pourtant son calme, même si sa main gauche est prête à attraper son flingue dans son holster de cuisse, soigneusement caché sous sa robe. Morea tente de tendre l'oreille vers la musique et va pour tourner vers ce qui lui semble être la direction du bar quand un rayon de lumière attire son attention. Quelque chose de ténu, d'à peine remarquable, venant du coin d'un mur. Tiens ? Sa curiosité est piquée, déjà, et c'est son arme bien en main – elle n'a même pas conscience qu'elle l'a sortie – qu'elle entre dans la pièce, sur ses gardes. Et qu'elle reste figée.

Il y a du sang partout.

Que du sang dans cette salle. Personne, sauf du sang. Une quantité impressionnante de sang, d'ailleurs. Aucun corps. Qu'elle voit. C'est lorsqu'elle sent quelque chose de chaud couler sur son bras qu'elle sursaute et lève les yeux au ciel. Au plafond, un homme est cloué. Les yeux arrachés, le sang coulant de ses orbites vides. Sur elle. Ses sur ses bras nus, sur ses cheveux, sur ses épaules, jusqu'entre ses seins, où une goutte écarlate vient tacher l'amulette qui y attire la lumière. Risk observe le corps en silence, immobile sous la pluie ténue de sang, et finit par attraper une chaise dans la salle pour se jucher dessus et pouvoir fouiller les poches du pantalon du mort. Pas de portefeuille, pas de papiers, pas de téléphone, rien du tout pour l'aider.

Retour au sol. Il n'y a sûrement pas que le sang de cet homme, dans cette salle... Elle sort son téléphone de son sac à main et cherche des yeux une caméra dans la salle, sans en voir. Fonction composition rapide sur son cellulaire. C'est Archie qui répond, la voix aussi fraîche et dispose que s'il attendait son appel. Classique. « Risk. Au cas où qu'il n'ait pas reconnu son numéro sur l'afficheur. Homme, caucasien, environ trente ans, apparence Norme. Pas de signe de mort évidente, mais il est cloué au plafond et a été énucléé. Elle s'apprête à ordonner la venue d'une ambulance, de deux Delta et de toute la cavalerie quand son grand supérieur ordonne quelque chose qui la laisse pantoise. Coite. Surprise encore plus. ... Archie... je ne peux pas... La consigne est claire. Compris. » Morea termine la conversation et soupire. Elle ne comprendra jamais rien à cet homme, mais les ordres sont les ordres.
Elle remonte sur la chaise et photographie le visage du mort du mieux qu'elle peut, puis redescend pour le prendre d'en bas, avant de filmer la scène de crime dans son entièreté. Et de quitter la pièce en refermant soigneusement derrière elle, sans se soucier de ses empreintes mises partout.

C'est l'heure de partir.

Son chemin vers la sortie est rapide, empressé, et personne ne porte attention aux nombreuses taches de sang qui s'étalent sur sa peau pâle, constellent jusqu'à son visage harmonieux. Un des jeunes hommes peu vêtus qu'elle a vu déambuler de ci de là toute la soirée vient l'aborder, alors qu'elle remet son manteau et cache le plus gros du sang dont elle est recouverte. Elle doit aller directement au BFO pour faire analyser ça. « Quel dommage de voir partir une si jolie femme seule... la soirée n'a pas été à la hauteur de vos attentes ? Sa mâchoire se crispe. Une si jolie femme. Oh, si c'était seulement de elle et non pas d'Archie, ce soir... Un sourire réussit néanmoins à étirer ses lèvres pleines alors qu'elle ouvre la porte, juste avant de s'évaporer dans la nuit. Elle les a même dépassé. »
Revenir en haut Aller en bas
 

from dusk til dawn (quête n°1, situation n°2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» From Dusk Till Dawn [PV Mü - Shion - Ahina - Alucar]
» Between dusk and dawn
» As inaccessible as dusk and dawn : Untouch girl | Emilia Daniels
» Dawn Of War II
» Dawn of war 2 Retribution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: 
inverness
 :: Industrial area :: The carousel
-