Partagez | 
 

 † the devil within.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ella V. Harris
i put a spell on you
because you're mine ƒ 1

avatari put a spell on youbecause you're mine ƒ 1




Pseudonyme : MoonOfBlood / Jessica.
En ville depuis le : 08/07/2013
Nombre d'insultes postées : 153
Crédits : tearsflight + Alanis Morissete, I'm a bitch I'm a lover. + liloo_59.
Célébrité : Olive Wilde.
Âge du personnage : Vingt-neuf ans.
Métier : Officier de terrain du BFO.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique bon.
Statut : Mage du sang.
Capacités et inventaire :

MessageDim 25 Jan 2015 - 1:04



The Devil Within
ft. Declan Bowden.



Ella s’invectivait en silence depuis plusieurs minutes déjà ; elle n’avait strictement aucun droit de se trouver ici, pas plus qu’elle ne possédait l’autorisation de fourrer son nez dans les dossiers des enquêtes. Cela n’avait rien de bien dérangeant lorsqu’il s’agissait de s’informer sur une pharmacienne, mais ça l’était quand ça concernait une affaire en cours. Or, elle se trouvait très précisément à quelques mètres d’une mise à pied en bonne et due forme. La capuche de son veston soigneusement rabattue sur son minois, la mage observait le groupuscule avec attention. Deux inspecteurs du BFO, trois Sealgairs, un homme. Elle pouvait pratiquement ressentir la nervosité de l’un des chasseurs, dont le regard ne cessait d’aller entre son calepin qu’il griffonnait à toute hâte et l’inconnu. Le visage de l’interrogé était dissimulé à la brune par les épaules carrées des agents présents. Elle avait déjà tenté de se déporter et de se rapprocher, mais elle craignait que son geste n’attire l’attention sur elle. Sa présence n’avait pas été autorisée par ses supérieurs, et de toute façon, elle aurait été totalement incapable de se justifier à ce sujet. Lorsqu’elle avait aperçu Delgair et Kenneth quitter les bureaux pour rejoindre des sorciers, sa curiosité avait pris le dessus. Ayant prétexté un besoin de nicotine, la belle s’était empressée de leur emboîter le pas, tout en faisant jaillir de sa poche un paquet de cigarettes et un briquet.

A leur façon de parler, aux mouvements qu’ils avaient – et surtout à leur fâcheuse impression d’avoir un balai collé dans l’arrière-train – Ella avait deviné que les nouveaux arrivants œuvraient pour le Haut Conseil. Leopold aurait dit qu’il s’agissait là des chiens des emmerdeurs, ce qui n’était pas totalement faux. Elle avait suffisamment eu affaire à ces spécimens pour être fixée à leur sujet. Ils agissaient, pour la plupart, comme des molosses soigneusement dressés. Les questions fusaient, se ressemblaient, les regards pesaient et jugeaient. Un examen par ces personnes n’avait rien de plaisant, aussi les Harris s’efforçaient-ils de se débarrasser d’eux au plus vite. Intriguée par le comportement indéniablement nerveux du plus jeune Sealgair, la mage quitta sa position pour tenter d’en voir plus ; qui pouvait-être le mystérieux malchanceux ? Elle plissa les yeux, fouilla l’horizon, capta enfin l’éclat d’un regard. Si l’homme en question ne lui était pas intime, il avait toutefois des allures familières. Comme si elle avait déjà vu son portrait quelque part, ou peut-être qu’elle l’avait trop souvent croisé dans des bars durant ses virées nocturnes.

Non, ce dernier point ne collait pas. Si elle était tombée sur lui, nul doute qu’Ella aurait trouvé son divertissement pour la nuit. Kenneth se décala vers la gauche en croisant les bras, lui offrant un point de vue appréciable sur le groupe. Elle était désormais persuadée de n’avoir jamais eu affaire à l’interrogé, que ce soit dans un bar ou autre part. Elle ne l’aurait pas laissé filer, sinon. De haute stature, des cheveux bruns coupés courts, un visage aux traits fermes, une bouche ourlée d’un sourire un rien méprisant et moqueur. Elle tira un peu plus sur sa capuche, craignant qu’un regard ne la trahisse. Après quelques secondes d’hésitation, toutefois, elle combla encore la distance qui les séparait, consumée par sa curiosité malsaine. Ainsi rapprochée, elle était enfin capable d’entendre ce qu’ils disaient – les phrases se perdaient parfois dans une brise un peu sauvage ou un klaxon lointain, mais c’était nettement mieux. Et puis, elle avait tellement l’habitude des questions qu’ils posaient qu’elle était pratiquement certaine de pouvoir les réciter elle-même. L’interrogatoire se poursuivait ; elle perçu une touche d’agacement – ou plutôt un seau entier – dans la voix du deuxième Sealgair, un type à l’allure de cow-boy des temps modernes. Il glissa ses pouces dans sa ceinture et, l’espace d’un court instant, elle l’imagina mâchonner un brin de blé.

« Ne rendez pas les choses plus difficiles qu’elles ne le sont déjà. Répondez simplement aux questions.
- Veuillez décliner votre identité, s’il vous plaît. »

La voix du nerveux ressemblait pratiquement à celle d’un gamin comparé au cow-boy. Il réaffirma sa prise sur son stylo, osant à peine lever les yeux vers l’homme qu’il interroge. A ses côtés, les agents semblaient n’avoir qu’une envie, en finir au plus vite avec ces histoires. C’était probablement un ordre de mission plutôt ennuyeux pour les enquêteurs du BFO, ceci dit grâce à leur présence, les choses n’avaient pas encore totalement dégénérées. Les mains enfoncées dans les poches de son veston, Ella darda ses prunelles bleutées vers eux.

« Évitez de m'emmerder avec vos questions connes. Comme si vous ne la connaissiez pas, l’interrogé cracha pratiquement ses mots à la face des Sealgairs, qui eurent le mérite de ne pas lui opposer de réplique. Après un moment, il soupira d’énervement et reprit : Declan Bowden. Ancien immortel. Mage de renom. Regardez bien votre petit papier, je suis sûr que c'est écrit noir sur blanc. »

La révélation n’étonna évidemment pas les chasseurs du Haut Conseil, mais Ella perçu le regard qu’échangèrent Kenneth et Delgair. Elle-même en fut troublée. Autrefois, elle avait demandé à Leopold de lui parler des Immortels, de ce qu’ils étaient, de leurs devoirs. Le nom de Declan était passé dans la liste, mais il n’avait pris de l’importance que bien plus tard. En 2009, l’ordre l’expulsait – ou était-ce lui qui s’en détacha ? – le privant de son éternité pour le renvoyer dans sa niche. Elle avait été curieuse de connaître les raisons de cette rétrogradation, mais elle n’aurait jamais imaginé se retrouver face à pareille légende. Et pendant qu’elle s’étonnait de l’identité du sorcier, les Sealgairs poursuivirent sans laisser passer le moindre filet de sentiments – sauf le nerveux, mais elle finissait par croire qu’il n’était vraiment pas à l’aise en présence de Declan.

« Profession ?
- Homme libre, le rictus lui tordit presque les lèvres involontairement ; cet homme avait de l’audace, ou bien il était simplement insensé.
- Pouvez-vous nous dire ou vous étiez dans la nuit du 9 au 10 entre minuit et une heure du matin ? »

Tiens, cette partie-là sonnait étrangement aux oreilles de l’officier. Elle ne faisait pas partie de l’interrogatoire habituel des chasseurs. Puisqu’ils lui tournaient le dos, elle était incapable de discerner leur visage et leur timbre de voix était désespérément atone. Sa fichue curiosité piquée au vif, elle se pencha presque distraitement vers eux en tendant l’oreille.

« Entre les cuisses d’une femme. »

La surprise se substitua à l’angoisse de l’attente, mais elle fut rapidement mise de côté lorsque les radios des enquêteurs se mirent à crachoter. Une affaire plus urgente les appelait. Kenneth s’adressa au troisième Sealgair, celui qui avait l’air le plus expérimenté et qui n’avait pas prononcé un mot jusque-là.

« Souhaitez-vous que nous fassions appel à une autre équipe pour vous assister ?
- Non, l’aîné aux tempes grisonnantes secoua la tête après avoir hésité. Ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que vous serez dans de meilleures conditions lors de notre prochaine rencontre, Declan. »

Les deux sorciers s’affrontèrent du regard, sans sourciller, sans laisser leurs lippes se mouvoir, sans le moindre mouvement qui aurait pu trahir un quelconque sentiment. Puis le Sealgair se détourna de lui et les autres lui emboîtèrent le pas. Kenneth et Delgair les regardèrent faire, un rien dépassés par les évènements. Ils souhaitèrent machinalement une bonne journée au mage, qui avait déjà commencé à tourner des talons. Malheureusement pour Ella, les inspecteurs se dirigeaient droit vers elle. Si elle se détournait maintenant, elle parviendrait peut-être à les semer avant qu’ils ne lui portent attention. Sans hésiter plus avant, elle s’engouffra entre deux couples, voûta les épaules et, l’esprit en ébullition, se perdit dans les rues d’Inverness.

La rencontre entre les Sealgairs et Declan avait eu lieu au beau milieu de l’après-midi, plusieurs heures s’étaient écoulées depuis. Ella n’avait pas eu l’occasion de glaner quelques informations auprès de Delgair ou Kennet, aussi s’était-elle rabattue sur d’antiques dossiers. Certains remontaient facilement de trois ou quatre siècles. Tous ces rapports étaient écrits de façon formelle, mais ils étaient de véritables mines d’information sur certains points ; elle n’apprendrait pas grâce à eux le parfum de glace préféré de Declan Bowden, néanmoins elle ne cessait d’en découvrir davantage à propos de l’Immortel qu’il avait été. Ainsi que du rôle qu’il avait joué lors de la bataille des 7 péchés. Il aurait dû mourir ce jour-là, en héro, mais le Haut Conseil en décida autrement. Ils firent de lui un être exceptionnel, lui donnèrent l’éternité, le mirent sur un piédestal. A la pensée qu’il n’était aujourd’hui rien de plus qu’un homme cynique et qui semblait adorer agacer ses interlocuteurs, elle en vint à se demander où démarrait la légende, où s’arrêtait la réalité. Declan Bowden était-il seulement l’once de l’homme qu’elle lisait entre ces lignes ? Ou n’avait-il été qu’un usurpateur, finalement démit de ses fonctions par le Conseil ?

Plongée dans ses études, les paupières alourdies par l’effort de déchiffrer les écrits sous la lueur jaunâtre de sa lampe de bureau, elle faillit ne pas entendre la discussion des officiers non loin d’elle. Ce n’est qu’à la mention de « sorciers », de « vente aux enchères » et de « sang » qu’elle daigna leur accorder un brin d’attention. Une fois encore, sa curiosité mal placée était étrangement récompensée. La plupart des enquêteurs officiant sur des cas importants, personne n’avait été en mesure d’aller vérifier cette rumeur selon laquelle un rassemblement d’Outres allait bientôt avoir lieu dans le Cloaque et qu’ils comptaient justement vendre quelques pintes de sang sorcier à de riches acquéreurs. Si cette pratique était illégale, elle n’en demeurait pas moins foutrement célèbre depuis quelques années. Ella détestait savoir que certaines personnes iraient jusqu’à s’attaquer à des sorciers simplement pour quelques gouttes de leur sang revendu au marché noir ; il y avait eu une période où, adolescente, elle se sentait régulièrement espionnée dès qu’elle sortait de chez elle. Elle avait eu ce terrible pressentiment qu’un beau soir, quelqu’un allait jaillir des ténèbres pour l’assommer, lui mettre un sac sur la tête, tout ça pour la vendre au plus offrant. Cette peur était irrationnelle, parce qu’elle n’avait jamais eu affaire à ce genre de dealers auparavant. D’ailleurs, elle s’en était allée lorsqu’elle avait appris à se défendre par ses propres moyens et plus seulement par sa magie. Qu’ils viennent, s’était-il dit à l’époque, elle saurait les accueillir. C’est donc en souvenir de cette période qu’elle décida de délaisser le cas de Declan Bowden pour aller jeter un coup d’œil dans le quartier des Outres – si elle remarquait quoi que ce soit d’étrange, elle n’hésiterait pas à passer un appel au centre du BFO pour qu’ils viennent boucler tout ce beau petit monde. Et pour une fois, son action n’avait rien de répréhensible. A première vue, ceci dit.

Trente-cinq minutes plus tard, Ella Harris coupait le moteur de son Impala, les yeux rivés sur les personnes qui se faufilaient entre les immeubles d’affaires. Vers les escaliers menant aux sous-sols des bureaux, un homme s’était appuyé contre le mur et il regardait les invités passer avec attention. Elle avait pu remarquer quelques silhouettes lui adresser un signe de tête avant de s’enfoncer dans les ténèbres derrière lui, sans jamais réapparaître. Alors à moins qu’un horrible monstre dévoreur d’Outres n’ait élu domicile près de Sir Walter Tower, les rumeurs au sujet de cette vente aux enchères étaient fondées. La main posée sur son téléphone, elle hésita. Et si elle avait tort ? A quoi ressemblait ce genre de réunions ? Y avait-il réellement des sorciers qui s’y vendaient, comme de vulgaires morceaux de viande sanguinolents ? L’instant d’après, elle était dehors, son cellulaire fourré dans une poche de sa veste en cuir et elle sut qu’elle commettait une erreur. Elle aurait dû rester dans sa voiture, passer ce foutu coup de fil, faire une bonne action et retourner chez elle. Seulement, Ella marchait à l’instinct – au grand dam de son oncle – et ses tripes la poussaient à constater de la situation de ses propres yeux. C’était dangereux, mais sa curiosité était plus forte que sa prudence ; qu’elle n’avait jamais eue, d’ailleurs.

« C’est pour quoi ? »

Le type se décolla du mur de briques dans la ruelle pour s’interposer entre elle et la volée de marches cimentées menant au sous-sol. Il la jaugea, la renifla intensément. Ses prunelles fouillaient jusqu’à son âme.

« Je viens vendre mon sang. Je suis une mage. »

Son mensonge fut proclamé avec l’aplomb de l’habitude. Elle n’eut même pas un battement de paupières lorsqu’il se rapprocha d’elle, inquisiteur. Il sembla satisfait par ce qu’il sentait, parce qu’il finit toutefois par se reculer en reprenant sa place nonchalante.

« Tu peux y aller. »

Sans plus attendre, Ella poussa la porte en métal rouillé. Les lumières tamisées du couloir l’aidèrent à trouver le chemin vers une salle où se tenaient une bonne dizaine d’Outres. Le petit comité discutait calmement tout en sirotant des verres de vins servis par une jeune femme d’une vingtaine d’année en jupe – très – courte. Les yeux de l’officier passèrent sur les interminables jambes de la serveuse, puis elle se reprit et elle s’enfonça dans la foule éparse. De l’autre côté, plusieurs palettes de bois avaient été poussées contre le mur pour faire de la place à un homme en costard qui souriait de toutes ses dents. Avant qu’elle n’ait eu le temps de pousser son inspection un peu plus loin, il se tourna vers les acheteurs.

« Mesdames et messieurs, commençons sans plus tarder. Le tout premier lot de la soirée est un premier choix ; vous avez certainement déjà dû entendre parler de lui, c’est un ancien Immortel, il pratique la magie du sang… Les muscles d’Ella se raidirent subitement. Ce ne pouvait pas être lui. Faites avancer Declan Bowden. »

Se détachant lentement du groupe qu’ils formaient, le sorcier s’avança dans le demi-cercle formé par les palettes et se tourna vers les Outres. Il n’avait pas l’air d’avoir été amené ici contre son gré. Il avait même l’air… de savoir ce qu’il faisait. Son sourire presque absent aux lèvres, il laissait son regard passer sur l’audience qui lui faisait face.

« La mise à prix est de 500 livres le millilitre de sang. A vos chèques, mes amis ! Ce serait dommage de laisser passer un tel spécimen, n’est-ce pas ? »


I'm a sinner, I'm a saint
I'm nothing in between.

Revenir en haut Aller en bas
Declan Bowden
BREATH OF LIFE + God is cruel Sometimes he makes you live

avatarBREATH OF LIFE + God is cruel  Sometimes he makes you live




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 27/04/2012
Nombre d'insultes postées : 31
Crédits : swan (avatar) ~ tumblr (signature) ~ iwan rheon (paroles)
Célébrité : jensen ackles
Âge du personnage : 35 années ~ 281 si on compte le temps où il était immortel
Métier : business man ~ il trafique à droite et à gauche


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : chaotique neutre
Statut : célibataire
Capacités et inventaire :

MessageMar 3 Fév 2015 - 0:09

won’t see me closing in


« Évitez de m'emmerder avec vos questions connes. Comme si vous ne la connaissiez pas » Ton sec et méprisant, Declan fulmine. Ces interrogatoires commence sérieusement à l'agacer. Ne peuvent-il pas simplement le laisser tranquille ? Le Sealgair ne réagit pas, à peine un mouvement de recul et Declan soupire. « Declan Bowden. Ancien immortel. Mage de renom. Regardez bien votre petit papier, je suis sûr que c'est écrit noir sur blanc.  » reprit-il en secouant la main de manière dédaigneuse vers le papier en question.

Six ans qu'il a quitté les rangs des Immortels. Six ans que le Haut Conseil continue d'être une épine dans son pied. Quelques mois que le BFO s'y met aussi. Ils le gonflent. Ils les a servi pendant plus de deux-cent ans et ils trouvent encore le moyen de se servir de lui. Declan se remémore les souvenirs aussi bons que mauvais. La surveillance. Les recherches. Les interrogatoires. Et maintenant c'est lui qui en subit un. Des questions hors du cadre. Le mage sait bien que Murray souhaite simplement l'emmerder du mieux qu'il le peu. Et il réussit. Il laisse les autres sealgairs faire le sale boulot mais Declan sent bien qu'il est satisfait. Heureux de mener la danse bien que Declan se permettre d'être insolent. Ils sont cinq en plein milieu d'après-midi. Niveau discrétion : zéro. Ils sont tellement nerveux qu'ils n'ont pas remarqués l'oreille attentive. Declan si. Mais il n'en tient pas vraiment compte, à peine curieux de savoir à qui elle appartient. C'est la radio de l'un des enquêteurs du BFO qui sonna la fin de l'entrevue et il en fut content.

« Souhaitez-vous que nous fassions appel à une autre équipe pour vous assister ? » Declan ne peut s’empêcher de hausser un sourcil. « Non, Ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que vous serez dans de meilleures conditions lors de notre prochaine rencontre, Declan. » Il serre les dents, le jauge. Murray est un coriace. Declan ne l'aime pas et c'est réciproque. Il ne lui a jamais et ne lui fait toujours pas confiance. Ceci malgré qu'ils aient déjà travailler ensemble. Le chasseur a toujours eu pour habitude de mettre le nez là où il ne faut pas, une manie qui ne plait pas au sorcier et qu'il lui fait bien savoir. Murray détourne son attention, il en fit de même, étouffant un rire en entendant les deux policiers lui souhaiter une bonne journée.

__

Sourire approbateur. Elle lui tourne autour, le détaille sous toutes les coutures. Declan lève son verre. Petit clin d’œil. La cinquantaine, tailleur gris chic et collier de perles. Pas d'identité, aucuns mots échangés, seulement des billets pour quelques gouttes de son sang et le même rituel. Declan se laisse faire. Le Sorcier se fiche de n'être qu'un morceau de viande. Il se fout de savoir ce qu'elle va faire de son sang. Seul l’argent lui importe et elle sort les billets facilement. Il y a peu de participants ce jour-ci, seulement les habitués et Declan attend sagement que la vente commence. « Mesdames et messieurs, commençons sans plus tarder. Le tout premier lot de la soirée est un premier choix ; vous avez certainement déjà dû entendre parler de lui, c’est un ancien Immortel, il pratique la magie du sang… » Showtime. Le mage se détache des participants. « Faites avancer Declan Bowden. » C'est d'un pas assuré qu'il s'avance dans le petit espace aménagé. Bras dans le dos, regard porté sur les clients. Il attend. Son sourire est absent, intérieur. Le Sorcier sait qu'il repartira de la soirée avec une somme non négligeable. Personne n'attend de lui qu'il fasse un numéro de claquettes de toute façon.  Declan pense aux pantins du Haut Conseil, à Murray, ce con qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. L'hémokinésiste s'amuse d'eux et ils ne voient rien. Un homme libre, oui c'est bien ce qu'il est. Imparfait mais libre de faire ce qui lui plait.

Son regard clair balaie l'assemblée. Il scrute chacun des visages présents jusqu'à s'attarder sur celui de cette jeune femme qu'il ne connait pas. Le mage fronce les sourcils. Deux fois dans la même journée. C'est déjà trop pour Declan qui déteste qu'on l'espionne. Ses prunelles ne la quittent pas. Qui est-elle ? Sans agressivité, il l'examine. Une Sorcière. A part ça, elle ne lui dit rien. Il connait tous les sbires du Haut Conseil. Elle ne peut en voir partie. Le BFO est-il plus compétent finalement ? Si la jeune femme se doit d'être discrète, c'est raté ! Vieux briscard. Declan est loin d'être idiot. Il serre le poing, bien décidé à tirer cette histoire au clair.

C'est le maître de cérémonie, Connor, un changeling qu'il connait bien, qui le tire de ses pensées. Declan s'excuse, lui fait signe qu'il revient tout de suite. Connor l'invective mais ne proteste pas trop. La vente se poursuit avec un autre lot. Le Sorcier traverse la petite salle pour retrouver l'intruse qui s'apprête à partir. Pas si vite. Sans ménagement, il lui attrape le bras et la force à se retourner vers lui. « Je suis vieux mais certainement pas sénile et ce n'est pas moi que vous allez tromper. » Il n'hésite pas à utiliser son pourvoir d'hémokinésiste pour lui couper la circulation du sang, simplement pour asseoir son emprise. « BFO? » lui demande t-il. Ou personne trop curieuse. Que lui veut-elle ?



I want to feel the pain and the bitter taste of the blood on my lips, again
Revenir en haut Aller en bas
Ella V. Harris
i put a spell on you
because you're mine ƒ 1

avatari put a spell on youbecause you're mine ƒ 1




Pseudonyme : MoonOfBlood / Jessica.
En ville depuis le : 08/07/2013
Nombre d'insultes postées : 153
Crédits : tearsflight + Alanis Morissete, I'm a bitch I'm a lover. + liloo_59.
Célébrité : Olive Wilde.
Âge du personnage : Vingt-neuf ans.
Métier : Officier de terrain du BFO.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique bon.
Statut : Mage du sang.
Capacités et inventaire :

MessageLun 16 Fév 2015 - 13:17

Cette façon de se pavaner, de lever son verre négligemment pour adresser un salut complice à l’un des acheteurs dans la foule. Ce silence, pesant, qui juge et qui jauge. Ella pourrait presque entendre les pensées de l’audience : en vaut-il véritablement la peine ? Quel effet cela ferait-il, du sang d’immortel, du sang d’hémokinésiste vieux de deux siècles ? Elle n’est pas certaine que ces gens sachent réellement qui est Declan Bowden, mais elle n’irait pas jusqu’à les considérer comme des néophytes. Rien qu’à voir la manière qu’ils ont de s’adresser des sourires de connivence, elle devine qu’ils n’en sont pas à leur premier rodéo. Un relent de bile âcre lui brûle la gorge. Elle exècre l’ambiance dans laquelle elle baigne, cette nonchalance du crime, ce désir avide de posséder quelque chose d’interdit. Lorsque l’ex-Immortel s’avance près du changeling, elle plisse les yeux et se mord la lèvre inférieure avec nervosité. C’est tout ce qu’il lui fallait : une confirmation visuelle. A l’instant présent, elle ne savait pas encore ce qu’elle pourrait tirer de cette information, toutefois elle était suffisamment lourde pour peser dans la balance. Enfonçant ses mains dans ses poches dans un geste inconscient, elle quitta des yeux le lot actuel et s’en détourna finalement. Elle n’avait plus à endurer ce spectacle, elle pouvait s’en aller l’esprit clair, délivré de sa curiosité.

Seulement, Declan n’est pas du même avis. Son cœur rate un battement au moment où une main se pose sur son bras, la saisissant avec une poigne affolante et l’attirant à l’écart. Elle songe brièvement à se débattre, ou à sortir son badge du BFO sommeillant dans la poche intérieure de son blouson de cuir, mais elle ne fait rien. Elle grogne cependant, crachant entre ses mâchoires serrées un « Lâchez-moi… ! » vicieux, murmuré du bout des lèvres. Subitement, elle se retrouve forcée de pivoter sur ses talons pour affronter le regard inquisiteur de l’ancien Immortel. Quelque part dans ses pensées affolées, Ella entend distinctement sa propre voix : et merde. Ce n’était pas ce qu’elle avait prévu, de se faire choper à trente centimètres de la sortie par l’homme qu’elle était supposée filer. Ils sont tellement proches que son souffle ardent s’écrase sur son visage lorsqu’il prend la parole.

« Je suis vieux mais certainement pas sénile et ce n'est pas moi que vous allez tromper. »

Une réplique acide se forme dans son esprit, mais elle est rapidement coupée dans son élan par un sentiment d’impuissance. Son corps ne lui répond plus tout à fait, comme si son sang se mouvait sur une autre mélodie que celle de son palpitant. L’effet est ô combien désagréable et elle sent ses muscles se crisper. Bien malgré elle, elle se retrouve à agripper l’avant-bras du sorcier pour recouvrer son équilibre ; elle n’hésite cependant pas à lui enfoncer ses ongles à travers le tissu, affectant un sourire de circonstances. Le bras qu’il utilise pour l’empêcher de s’en aller se révèle également être celui qui lui évite de rencontrer le sol. Ironique. Rapidement, Ella reprend le contrôle de ses émotions et, d’un geste brusque, écarte la main qu’il a posée sur elle en affectant une attitude blasée. Lippes tordues en un simulacre de sourire ricanant, elle s’humecte les lèvres à sa question.

« BFO ? » Grillée. « Plutôt une grande fan. » La réponse fuse en même temps que le regard se durcit. Ils ne sont pas dupes, et la plaisanterie n’atteint pas leurs prunelles qui s’affrontent sèchement. « J’ai toujours rêvé de rencontrer le grand Bowden, c’était mon héros. Un peu comme Superman, mais sans les collants, parce que c’est très ridicule. Sauf que je ne m’attendais pas à le voir en train de se prostituer dans une pièce à huit-clos. » Haussement d’épaules. « Comme quoi, tous les rêves d’enfants finissent brisés sur le macadam. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser et retourner à votre petite sauterie, j’aimerais prendre l’air. »

Demi-vérité ; le désir de s’échapper de cet endroit est réel, sauf qu’elle a une nouvelle fois débité plus de mensonges que de dyoxide de carbone en deux respirations. Malgré toute sa bonne volonté, cependant, l’ascendant de Declan sur son corps demeure. Elle se révèle incapable de faire plus d’un mouvement, et cela l’agace. La colère couve dans ses iris couleur tempête, elle fait rage dans ses veines, elle est l’étincelle qui déclenche abruptement le pouvoir qui sommeille en elle. Son essence affronte celle de l’autre, le combat de toutes ses forces, se rend compte qu’il est fort. Bien trop fort. Ce n’est pas une question de puissance acquise au fil de ses deux siècles de vie, c’est parce qu’il maîtrise son don, lui. Or, après tous les efforts, tous les entraînements, elle n’égale pas encore son niveau. Cette constatation met de l’huile sur le feu de son âme. Elle en hurlerait presque. Sauf que lorsqu’elle reprend la parole, elle garde une voix aussi basse que possible pour ne pas attirer l’attention de l’audience non loin d’eux.

« Arrêtez ça tout de suite. Arrêtez… »

Elle se tortille sous son pouvoir, elle serre les dents, elle enrage.

Et soudainement, la bonde à ses sentiments explose. Implose plutôt, provoquant une légère onde de pouvoir qui brise sa propre concentration et qui semble ébranler suffisamment celle de Declan pour qu’elle puisse retrouver sa motricité. Sans questionner sa chance, Ella se lance dans le couloir pour fuir cet endroit. Et lui, surtout lui. Être confrontée à quelque chose qu’elle ne peut pas combattre la perturbe, à un point tel qu’elle en perdrait presque le fil de ses pensées. Elle se jette sur la porte de service, déboule devant l’étrange videur et continue son chemin dans l’allée les battements de son cœur couvrant le bruit de ses pas. Cette brusque déferlante de pouvoir a déstabilisé son essence, couvrant ses sens d’un linceul de ténèbres. Elle trébuche, se rattrape au mur voisin en essayant de ne pas faire attention à sa moiteur. Elle regarde le sol qui tangue bizarrement, sent la bile remonter dans sa gorge et elle exhale un soupir. Juste quelques secondes. Elle espère que Declan ne l’a pas suivie, parce qu’il se moquerait bien d’elle s’il la voyait ainsi ; bordel, n’importe quel sorcier se foutrait de sa gueule là. Elle est pantelante, sans défense, à deux doigts de rendre le thé qu’elle a avalé y’a deux heures. Tout simplement parce qu’elle s’est retrouvée à se battre contre quelqu’un de plus fort qu’elle, parce qu’elle n’a pas réagi assez vite, parce qu’elle n’était pas assez forte. La nausée passe, mais la rancœur reste. Ella ramène sa crinière brune en arrière d’un geste de la main, redresse la tête et s’apprête à rejoindre sa voiture de l’autre côté de la rue lorsqu’elle entend une porte claquer derrière elle. Elle ne veut pas savoir si c’est Bowden ou quelqu’un d’autre. Elle presse le pas.


I'm a sinner, I'm a saint
I'm nothing in between.

Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

† the devil within.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: 
inverness
 :: Downtown
-