Partagez | 
 

 Leopold Harris - La force de l'âge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
“ Invité
Invité
avatar






MessageDim 11 Jan 2015 - 17:27



Leopold Harris
Placer votre citation à cet endroit

âge
55ans
origine(s)
néo-zélandais
orientation
chaotique bon
magie
nécromancien
niveau
Niveau 1




∫ funeral of hearts and a plea for mercy

Nom + Harris étant un nom assez américain, Leopold réussi assez bien à dissimuler ses origines maoris. Prénom(s) + Leopold, prénom de son arrière grand-père. En effet, sa mère nourrissait de vifs griefs envers son propre père et a préféré sauter une génération dans l'attribution des noms de ses ancêtres pour punir son aîné. Métier + Lieutenant de l'équipe Alpha au BFO. Il a commencé comme agent de terrain et il a finalement réussi à monter doucement les échelons jusqu'à arriver à une place confortable.Allégeance + Le Haut Conseil lui fait un peu chier. Etant nécromancien, vieux loubard habitué aux turpitudes du métier, il en a vu des vertes et des pas mûres. On le surveille, on vient régulièrement le contrôler et à force, c'est devenu un jeu. Souvent, ils envoient des petits jeunes qui n'ont rien d'autre à faire ou qui commencent dans le métier. Fouille de sa baraque, de ses instruments et c'est finit. Avant, il se comportait parfaitement bien, offrait le thé et le café. Mais depuis une bonne dizaine d'année, il profite allègrement de son autorité gériatrique pour être insupportable, jouer au sénile et emmerder ceux qui le contrôlent. Les Immortels, il les respecte avec toute la neutralité qui le caractérise quand on en arrive au boulot. Tant qu'ils font leurs boulots, tout va bien. Par contre, il ne supporte pas l'arrogance et le fait souvent bien sentir. Traits de caractère + Simple. Leopold n'a jamais cultivé le goût de l'extravagance et de la compléxité. Un chat étant un chat, il n'est pas souvent celui qui va se lancer dans des explications longues et étouffantes. Il préfère la simplicité, il préfère qu'on soit franc et direct car il l'est tout autant avec le reste du monde même si on ne lui a rien demandé. Calme. L'agitation et la violence font parties de sa vie mais on dirait que ça ne l'atteint pas. A force d'années et d'aventures, il a réussit à perfectionner sa carapace qui se fissure très rarement. Son expérience, surtout, lui a apprit à se raisonner et à ne jamais aller trop vite si il ne voulait pas d'ennuis. Amical. Tant que vous êtes correcte avec lui, Leopold fera de même avec vous : vieux roublard de la police, il en a vu d'autres et a déjà eu à faire avec des criminels assez peu recommandables mais avec qui il a toujours entretenu des échanges cordiaux. Il méprise particulièrement les politiciens et les personnes trop riches à son goût, ce sont là ses seules exceptions. Loyal. Une fois sa confiance et son amitié gagnée (ce qui n'est pas simple malgré la sympathie qu'il peut manifester envers quelqu'un), elle est infaillible. Ca aussi il l'a expérimenté à la force de son age : si les liens indéfectibles de l'amitié sont rompus, il ne reste plus rien. Ainsi, il entretient toujours des amitiés particulières avec des Normes et des Sorciers depuis qu'il est au BFO. Même si c'est avant tout par amour qu'il les voit, il en tire aussi un intérêt professionnel. Fier. Si son grand age lui a laissé la santé, il lui a prit, petit à petit, de son ego. Ainsi, Leopold est très sensible quand on en vient à sa réputation et à sa famille. Qu'on s'en prenne à son petit frère ou à sa nièce et on ne le reconnaît plus. De plus, il peut aller jusqu'à s'embarquer dans d'absurdes aventures seulement pour prouver qu'il a raison. C'est aussi ça, qui fait qu'il était un bon flic et qu'il est un bon agent de terrain.


∫ You are the witness of change

NIVEAU 1 + Enchantement, Médiumnité, Réanimation.
NIVEAU 2 + Télékinésie, Frappe mentale.
NIVEAU 3 + Sommeil, Manipulation mentale.
NIVEAU 4 + Chimères, Contrôle des Familiers.

maîtrise : Leopold a une maîtrise exemplaire de ses pouvoirs. En même temps, il est bien obligé. Vu sa nature plus que "suspicieuse" d'après certains, ne pas contrôler ses pouvoirs voudrait dire être surveillé constamment pour être sûr qu'il ne perturbe pas les forces mortelles n'importe comment. De plus, cette suspicion constante sur ses intentions le décidèrent à devenir irréprochable, et même, exemplaire : ainsi, les gens lui lâchaient les baskets et il pouvait faire sa vie tranquille. Et puis, soyons franc, il ne s'est pas attaché à bien comprendre sa nature seulement pour ça. Il a, aux fils des années, compris que son gabarit qui s'affaiblissait d'années en années, ne pouvait trouver de sécurité que dans ses capacités non-physiques. Ainsi, Leopold est un sorcier aguerri qui se fait rarement surprendre et qui a relativement tout vu dans sa vie.


∫ when you came in, the air went out

Il ne boit que du thé. Le café lui donne des aigreurs d'estomac terribles. Une mouette qu'il appelle « Fuckoff » traîne régulièrement près de chez Leopold. En effet, l'oiseau était dans son jardin, blessé et le nécromancien a utilisé sa magie pour le guérir. Depuis, l'oiseau passe de longues journées près de la maison et a obtenu ce nom à cause des injonctions de Leopold pour l'inviter à partir. Ça n'a toujours pas marché alors maintenant le vieux flic lui laisse des fois des fruits secs, attirant la faune des environs sur son perron. Il fait des fois semblant d'être sénile ou mal entendant pour embêter les gens qu'il n'aime pas. Il est fan des films de samouraïs japonais, il a tout les Kurosawa chez lui. Son jardin était bien entretenu quand sa femme était encore en vie, depuis, ce n'est qu'un immense carré de verdure chaotique et un enchevêtrement de mauvaises herbes. Si il n'a pas l'air très fort, il a fait de la boxe et possède encore de beaux restes qu'il essaye de conserver. Même si il ne tombe jamais malade, Leopold est toujours très robuste. Quand on lui demande, Leopold répond venir d'Amérique, il a un peu honte de ses origines Maori souvent associés à la barbarie. La gourmandise est un de ses plus grands défauts. Il ne résiste jamais à un gâteau ou un bonbon quand il en a le temps. Son régime alimentaire n'est pas très équilibré même si il tente de faire attention et essaye de prendre des résolutions. Si on lui fait la remarque, il répond le plus souvent qu'il est trop vieux pour se priver. Il est malade en bateau et essaye d'éviter le plus possible de se retrouver sur l'un d'eux. Il considère sa nièce comme sa fille, en effet, Leopold n'a jamais eu d'enfants. Son petit frère a très vite été en internat car il causait énormément de soucis à leur mère qui devait les élever seule. Il a peur de mourir.


∫ let's play the blame game

Pseudonyme + Yunyuntoka. Ne soyez pas timide. Âge + 24ans. Fréquence de connexion + 7/7 pour la connexion, les réponses peuvent prendre plusieurs jours. Groupe + Sorcier. Crédits + Yunyuntoka.

Code:
[color=crimson][b]mandy patinkin[/b] • leopold harris[/color]


Dernière édition par Leopold Harris le Jeu 22 Jan 2015 - 19:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageDim 11 Jan 2015 - 17:30

Placer votre citation à cet endroit



∫ the road to darkness is a journey

Sa robe de chambre en velours vert turquoise traînait derrière ses pieds. Albert ne manquait jamais de lui faire une réflexion la concernant si il la voyait. Oui, elle était moche, mais terriblement confortable et chaude. Lui qui avait connu le temps de la Nouvelle Zélande, il trouvait que ça ne changeait pas énormément de l'Ecosse sur certains points. Le vent violent et fort, surprenant les touristes en plein été ou les pluies capricieuses qui survenaient plusieurs fois dans la journée. Les températures, clémentes grâce au Gulfstream, lui ramenaient un petit peu dans le lopin de terre de son enfance. Arrivé dans la cuisine, il fit immédiatement chauffer de l'eau sur une plaque. A sa droite était une cafetière, offerte par sa nièce, qu'il n'avait jamais utilisé. Plus que le thé en lui même, c'était le geste de faire couler l'eau dans la casserole, de la faire chauffer jusqu'à ce qu'elle soit frémissante, pendant ce temps prendre le thé avec une cuillère, mettre dans un sachet, dans une tasse et fermer le gaz... Tout ça constituait un réveil potable pour Leopold.

Sa maison était un fouillis agréable. Des magazines jamais feuilletés côtoyaient dans un enlacement malsain des vieux dossiers de la police. Pas des officiels, bien sur... Les siens. Leopold avait la fâcheuse habitude de tout prendre en deux fois pour s'en garder une copie. Si ses supérieurs à Wellington râlaient qu'un jour, on allait les lui volaient, ils s'en étaient quand même bien accommodés en 69 quand il y avait eu un grand feu dans les bureaux.

Anticipant le rituel du matin, il se dirigeait déjà vers la porte quand on toqua. Délogeant la chevillette, la porte s'ouvrit sur Roisin Donelly, une petite vieille qui habitait la maison d'à côté. Le rituel du journal démarrait toujours les jours de semaine : Roisin achetait le journal à l'ouverture du kiosque, le lisait et le ramenait à son voisin. Au dessus de l'épaule de la petite rouquine (malgré son age avancé, ses cheveux avaient gardés une lueur orangée) se distinguait une ombre que Leopold connaissait à présent très bien. A force de discussion avec la petite dame, il avait apprit que son mari avait été tué à Glasgow, dans un chantier de bateau. Le monstre colossale de métal avait renfermé ses doigts acérés sur le pauvre bougre qui s'était empalé sur une barre de fer à une époque où la sûreté n'était pas dans la tradition de la construction. Si la plus part du temps le visage du défunt était indifférent, il remarquait comme un odeur chaude et sereine chaque fois qu'il rendait visite à sa voisine et la faisait rire.

Le journal en main, il avait à peine terminé de lire les gros titres que son portable sonna. Bon dieu ce qu'il détestait cette merde... Il décrocha, Albert : « La société APED ça te dit quelque chose ? » il soupira. Il était incroyable celui-là, même pas à se présenter...
- Nan pourquoi ?
- Aides aux Personnes en Deuil. Y a des Feannag qui y ont traînés leurs godasses, j'en suis sûr.
- Et pourquoi tu viens m'emmerder ?
- Amede Rulock, un aide infirmier qui était dedans, l'est mort. Mais ça on s'en branle, sur lui y avait une pièce...
- Le meurtre a des circonstances particulières ?
- Tu devrais pas tarder à avoir un coup de fil. A plus Smoky. »


Saisissant sa pipe en bois, il tassa le tabac bien au fond avant de l'allumer. La sonnerie du téléphone portable ne se fit pas attendre et il prit tout son temps avant de décrocher pour entendre la voix taciturne d'un chef d'équipe lui donner une adresse. « Meurtre suspect. T'y est dans 5 minutes. » et sur ce, la tonalité fut la seule auditrice du long soupire de Leopold. Ce qu'il détestait les bureaucrates et les politiciens. De vrais morpions... Il se leva et se dirigea vers l'étage où était sa chambre et sa bibliothèque. Dans le couloir, une photo de mariage et un portrait de sa défunte femme. D'aussi loin qu'il se souvienne, il n'avait jamais vraiment été amoureux de Bethy. Aussi jolie qu'elle avait pu être à ses 26ans, il l'avait seulement épousé pour sa patience et sa gentillesse. Elle, incapable de travailler ou de faire le moindre travaux cherchait un moyen de s'en aller de chez ses parents inquiets de la voir finir vieille fille ; et lui, trop lourdeaux et bourru à l'époque pour ne serait-ce que réussir à faire un plat de pâte. Deal conclu, le mariage consommé ils vécurent une sorte de collocation sympathique.

Il y a maintenant 15ans, Leopold avait finit par raccrocher sa carrière de flic à Wellington et ils étaient retournés dans la maison natale de Bety, en Ecosse. C'est à ce moment que l'inactivité lui mordit les doigts et les pieds comme une mauvaise ampoule qui n'en finissait pas de s'infecter encore et encore. Le BFO lui était apparu comme une entité libératrice et pourrie à la fois. Comme une magnifique prostituée bourrée d'herpès. L'occasion aussi, de foutre un doigt d'honneur au Haut Conseil qui semblait compter les jours avant qu'il ne fasse une connerie qui lui vaudrait la mort, il se remit au service en proposant son expérience et ses pouvoirs au service de la justice... Mais cette fois, à une plus grande échelle. Pourtant, Leopold n'était pas un héros, tout juste un flic avec un bon sens de la déduction et la volonté de remuer la merde à tout prix. Il mit une vieille chemise qui sentait encore la sueur et le café froid, un pantalon, une veste et il tournait déjà les clés dans sa vieille voiture qui ne tarderait pas à le lâcher. « Si seulement je pouvais te ranimer toi, une fois passée de vie à trépas... » Alors même qu'il n'avait pas autant utilisé la magie que ça dans sa vie.

Hohepa était un nom assez connu d'un petit patelin près de Wanganui. Son arrière-arrière-arrière-grand-père avait été un shaman très respecté chez les Maori de la région pendant longtemps. De lui ne restait plus que des lettres étranges et les récits familiaux qui disaient qu'il s'était fait posséder et influencer par des esprits malfaisants d'anciens colons dont la soif de sang n'avait fait que rendre malade le vieux nécromancien. Nulle doute qu'il y avait là l'origine des pouvoirs de Leopold. Il avait en horreur les chiens quels qu'ils soient. Pour cause, la première fois que les prémices de ses pouvoirs se réveillèrent...

Il revoit encore la carcasse déchiquetée du petit chiot des voisins, mort et écrasé sous un immense camion. Pleurant la mort du petit être qui, quelques secondes plus tôt, jouait avec lui, il était rentré alors que les adultes accouraient pour enterrer l'ancien compagnon du quartier. Plusieurs nuits plus tard, couché sur le côté, Leopold sentit que quelque chose le regardait. Se réveillant en sursaut, effrayé comme un enfant qu'il était, il finit par trouver la source de son malaise : le chiot était là, au pied du lit, le fixant sans relâche. Sans réveiller son petit frère endormit à côté, il s'était esquissé hors de son lit, doucement, pour aller trouver sa mère et lui raconter d'une voix vide. Consciente qu'elle avait donné vie à des sorciers, elle n'avait par contre pas calculé la probabilité de voir naître un médium ou un nécromancien sous son toit, le père étant aussi mage. Après ça, on découvrit assez vite la tendance du jeune garçon qui n'était déjà pas très populaire auprès des autres petits enfants de sorciers contrairement à Timotey, le petit dernier, qui était un mage appliqué. S’accommodant très bien de sa solitude, il finit par tenter le plus possible d'enfouir ses pouvoirs et ses capacités, ne les utilisant jamais et en ne les sollicitant jamais consciemment.

Sur la route, il salua de la main le nouveau couple qui venait de s'installer dans sa rue. La jeune femme avait une coupe au carré blond, lui rappelant la première fois qu'il avait sollicité un fantôme... Allison MacBurn, ça c'était un nom qu'il n’oublierait jamais. Il était encore jeune, se croyait fort et solide... Une chose que ses tripes contredirent en lui faisant déverser le contenu de son estomac sur le port de Wellington en 1963. A peine son diplôme en poche, il avait été harponné par un ami de son oncle, aussi dans la police. Le petit chouchou avait vite fait de se faire une sale réputation, mais il ne manquerait pas une occasion de leur faire se mordre les doigts de l'avoir traité ainsi. Allison, c'était pas une brave fille. Mais après ça, on relativise sur ce que sont les braves gens. Pauvrette qui s'était retrouvée dans les filets poisseux de criminels, elle avait pourtant un visage poupon duquel n'était pas encore visible les marques du temps. Mais déjà étaient visibles les marques de la violence. Son ombre, froide aux senteurs de poudre vanillée empestait la scène de crime et Leopold dû se retirer pour évacuer son stress à grand renfort de bile.

Elle n'était pas belle Allison mais finalement, si elle avait voulu, il aurait bien couché avec elle en fait. Des joues trop grosses, des dents trop de travers et un nez trop boudiné, les photos de son vivant portaient quand même le sceau d'un charme enfantin qui aurait certainement fait sourire le petit jeune qu'il était. Cette première enquête à la criminelle lui avait réveillé ses instincts de prédateur de l'au delà. Mais un bon prédateur. Celui qui chasse non pas par plaisir, mais parce qu'il le doit. Invoquer cette femme avait été difficile tant au bout de quelques jours, Leopold se sentait proche d'elle. Sa veste en velours bleu dans sa main, il l'avait découvert empreinte d'une mélancolie qui l'avait touché et obsédé. Il s'était acharné sur tout et sur tout le monde pour trouver l'assassin. Il avait déterré des squelettes dont les côtes avaient embroché quelques notables de la ville... A la fin du dossier, même si la moitié de ses collègues le haïssaient, le chef de service l'avait décoré...

Ce jour-là, il ne s'en souvient pas. Ce dont il se souvient, c'est d'avoir essayé une dernière fois de convoquer Allison, espérant que seul un silence apaisant lui répondrait. Mais son visage, toujours mélancolique lui revenait. Pendant des semaines, il travaillait après le boulot pour essayer de chercher ce qui pouvait la retenir ici. Il savait des choses intimes sur elle, des confessions arrachées aux larmes de tristesse comme de douleurs... « Faut que tu arrêtes Smoky. Y en a des comme ça, qui veulent pas partir ou qui sont trop amochés pour le faire. ». William, médium, était rentré un jour, découvrant le manège malsain de son pote et l'avait giflé avant de lui faire un thé. « J'ai pas envie que les autres du haut conseil viennent te pendre haut et court par les couilles. Fais gaffe ou fais-le pour la justice. » Il avait posé là, la première pierre du chemin qui mènerait bien plus tard Leopold au BFO.

***

Inverness avait été comme un renouveau. Un départ, une nouvelle vie à commencer après une précédente bien remplie. Comme si on avait refermé un livre pour en commencer un autre. Publié, lu, oublié. A présent, le nouvel épisode de sa vie allait se passer dans les terres torturées de l'Ecosse, avec le souvenir de Betty comme compagnon et la présence erratique de sa nièce. La vie était telle faite qu'il fallait des fois, quitter l'avant de la scène pour mieux diriger dans les coulisses. Leopold avait déjà fait beaucoup pour les autres, outres comme humains, et il aurait pu s'arrêter là et profiter d'un repos bien mérité, convaincu d'avoir servi son temps aussi bien qu'il le pouvait. Lors de son pot de départ en Nouvelle-Zélande, il se souvenait que beaucoup de ses collègues l'avaient prié de se reposer, de se chopper une résidence secondaire et d'y rester toute la journée pour lire et siroter du whisky jusqu'à avoir une cirrhose et mourir d'une belle mort d'homme qui avait eu une vie bien remplie. Bien évidemment, aucun ne connaissait sa vraie nature et encore moins ses ambitions. Leopold n'avait jamais prévu de consacrer un pan de son existence à l'oisiveté ou simplement à l'inaction. C'était dans son sang. Il fallait que ses méninges comme sa vie soient agités. De toute manière, de longues années auparavant, il avait acquis cette certitude qu'il mourrait violemment et non des suites d'une retraite dorée. C'est ainsi naturellement qu'il était arrivé au BFO dès son ouverture et qu'il s'était rapproché de certaines têtes pensantes histoire d'y mettre son grain de sel. Une telle division avait besoin de vrais flics qui avaient connus le système pendant des années durant et qui connaissaient aussi et surtout le monde des outres. Aujourd'hui, Leopold est Lieutenant au BFO. Même si il connaît une vie légèrement moins dangereuse que les agents qui vont sur le terrain, il est plutôt satisfait de sa position et ne peut s'empêcher de quand même braver la mort en face en se mettant en danger à l'occasion d'une enquête... Ou deux.


Dernière édition par Leopold Harris le Jeu 22 Jan 2015 - 19:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 17:47

Huhu je suis toute gaga devant papi Leopold ! love
Je t'ai dit à quel point j'aime ce changement d'avatar ?
Mandy Patinkin est juste génial !!



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageDim 11 Jan 2015 - 19:23

Héhé je suis content !! aaaaaah !! C'est vrai qu'il a une bonne tête de sorcier !!!
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageDim 11 Jan 2015 - 20:11

Je plussoie tellement.
Même si j'avais déjà vu le changement. J'AIME.
Revenir en haut Aller en bas
Abaigeal MacLean
i believe that after we're gone
the spirit carries on ƒ 4

avatari believe that after we're gonethe spirit carries on ƒ 4




Pseudonyme : ruines. (clarisse)
En ville depuis le : 22/12/2012
Nombre d'insultes postées : 83
Crédits : mattress hole.
Âge du personnage : 34 ans, 284 ans en réalité.
Métier : historienne.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Ethique et Morale
Statut : Indiquez le statut, le rang, de votre personnage au sein de sa race/ Pour les sorciers, indiquez si vous êtes mage, médium ou nécromancien(ne)
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 22:44

J'aime aussi beaucoup ce changement d'avatar! Je trouve qu'il colle beaucoup mieux au perso huuuu Il faudra qu'on reparle de notre lien I love you
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 12 Jan 2015 - 0:02




L'avatar, génial
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageJeu 22 Jan 2015 - 23:14

alléluia
Tu es validé(e) ! Bienvenue chez les fous !

J'aime tellement ta façon de raconter, c'est un vrai plaisir de te lire et je reste une grande fan de papi Leo I love you

Mon enfant, il va falloir passer au ravitaillement afin de prendre des forces pour la suite. Oui ta fiche est enfin bouclée. Oui il y a encore quelques étapes obligatoires. ET ON NE SOUFFLE PAS SINON TU N'AURAS PAS DE COOKIE !


Dans un premier temps, je t'invite à aller réclamer tes dàn, parce que bon. Tu as tout de même tout bien écrit et tout bien compris. En plus, ils te seront bien utiles pour l'évolution de ton personnage. Voilà, clique sur le lien et imprègne-toi du fonctionnement que les méchantes fondatrices ont imaginé. Ensuite, tu peux compléter ton profil, c'est toujours cool ! Il te faudra également consulter les registres pour poster tes différentes demandes. Sinon tu seras invisible dans la hiérarchie, sans emploi et sans le sou. C'est triste. Enfin, n'hésite pas à utiliser les formulaires mis à ta disposition pour ton manuscrit et ton journal qui te permettront d'élaborer tes liens, programmer tes futurs rp, recenser tes objets, etc. (En plus ça rapporte des dàn)

Garde à l'esprit que tu es parmi nous pour t'amuser, passer du bon temps. Non pas de massage dispensé par l'équipe administrative. FAUT PAS POUSSER MÉMÉ !



N'oublie pas : Pas de dàn pas de chocolat pouvoirs !



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageVen 23 Jan 2015 - 8:14

Merciiiii aaaaaah aaaaaah !!! Par contre les dàn, je pense que je les avais déjà fais validé la première fois que j'avais finis a fiche XD !
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageVen 23 Jan 2015 - 8:29

Oui pardon on t'a pas dit, les dàn c'est nickel. J'ai tout remis à jour (et un peu à neuf) avec l'ouverture =)


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageVen 23 Jan 2015 - 17:05

Ezechiel Coghlan a écrit:
Oui pardon on t'a pas dit, les dàn  c'est nickel. J'ai tout remis à jour (et un peu à neuf) avec l'ouverture =)

Impeccable ! Ca me perdra d'être trop honnête une fois...
Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Leopold Harris - La force de l'âge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Laisse la force te guider [libre]
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» NOUVEAU COMMANDANT DE LA FORCE DE LA MINUSTAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: anciennes fiches-