Partagez | 
 

 morrigan ◊ seven devils all around you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Morrigan
and i'm going down all the way
i'm the higway to hell ƒ 3

avatarand i'm going down all the wayi'm the higway to hell ƒ 3




Pseudonyme : doesntmatter.
En ville depuis le : 15/07/2013
Nombre d'insultes postées : 21
Crédits : moriarty (avatar) + tumblr (signature)
Célébrité : rick genest + adam brody.
Âge du personnage : âge réél indéterminé, vingt-quatre ans en apparence.
Métier : il sème la mort mais il est infirmier.
Identité : paxton rosenwald.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre et naturellement mauvais.
Statut : démon supérieur de niveau trois.
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 14:32



Morrigan
JE VIS CETTE FAUCHEUSE. ELLE ÉTAIT DANS SON CHAMP. ELLE ALLAIT À GRANDS PAS MOISSONNANT ET FAUCHANT, NOIR SQUELETTE LAISSANT PASSER LE CRÉPUSCULE. DANS L'OMBRE OÙ L'ON DIRAIT QUE TOUT TREMBLE ET RECULE, L'HOMME SUIVAIT DES YEUX LES LUEURS DE LA FAUX

libre depuis
hier. aujourd'hui. demain. toujours.
orientation
neutre mauvais.
7 péchés
gourmandise - neutre
statut
supérieur
niveau
trois.




∫ funeral of hearts and a plea for mercy

Prénom(s) + Ca siffle aux tympans. Ca brûle la langue de le prononcer. Morrigan. Inconsciemment, on l'articule tout bas, avec une fausse volonté, avec une détermination que le cœur trahit. Morrigan. On sait d'emblée à quel genre de démon on a affaire. Tout chez lui se rapporte à la noirceur qu'aurait habité son âme s'il en avait eu une. Morrigan, dans la mythologie, c'est le corbeau d'ébène, le messager de la miséricorde. Morrigan, dans ce monde, c'est celui qui vient vous chercher sur votre lit de mort. Morrigan.. Comme si Belzébuth connaissait le dessein auquel son enfant était prédestiné. Couverture + Si certains démons optent préférentiellement pour une couverture qui correspond un tant soit peu à leur personnalité démoniaque, ou du moins à leur mode ou philosophie de vie, ce n’est pas du tout le cas de Morrigan qui lui, a pris un malin plaisir à pousser le vice, le cynisme jusqu’à sa couverture. Il sème la mort mais il est infirmier, sous les traits de son favori, l'agneau désormais perverti qu'était Paxton Rosenwald. Des vies, étonnament, il en a héroïquement sauvées beaucoup.. Mais parmi celles-ci, combien dans l'ombre et sous le signe du pêché? Un joli double jeu sur le terrain du bien. Non, il n'y a pas de compassion. Sa seule motivation, c'est de voir les patients s'éteindre à petit feu, entendre le dernier souffle glisser d'entre leurs lèvres fébriles. Et quoi de mieux pour ce spectacle macabre que la scène froide et désolante d'un hôpital? Voir comment geignent ces créatures inférieures lorsqu'elles sont face à la fatalité qu'ils pensaient pouvoir déjouer, poussées dans leurs derniers retranchements, c'est.. Jouissif. Allégeance + Lui même. Etrangement, Morrigan a constamment fait preuve d'une indépendance assez peu commune aux démons. Il a évidemment un immense respect pour leur grande ancêtre Anésidora ainsi que pour son créateur Belzébuth, pourtant, celui-ci n'est jamais vraiment parvenu à tenir correctement la bride. Morrigan n'était pas ce qu'on qualifierait de rebelle, il était juste trop solitaire, trop secret, trop individualiste pour être digne de confiance. Clairement, il est toujours resté en marge de l'ordre établi par la hiérarchie démoniaque malgré son statut de bras droit, et la disparition des sept maîtres lui fait.. Ni chaud ni froid. Qu'ils soient présents ou absents, sa situation personnelle n'en pâtit pas et c'est tout ce qui lui importe. La seule chose qui éventuellement le froisse est la supériorité qu'affichent désormais une poignée de démons inférieurs. Toutefois, cela reste le cadet de ses soucis puisque les rares audacieux qui se risquent à le défier essuient en général une énorme branlée. Apparence + Un monstre humain. Son visage véritable, à l'inverse de ses comparses, Morrigan l'assume et l'arbore avec une fierté non dissimulée, malgré les quolibets dont il a été victime par le passé au vu de sa "banalité". En dehors de sa stature imposante et de son immensité qui rappellent un titan, sa morphologie est relativement proche du bipède, certes. Mais les humains, c'est une autre paire de manches. L'horreur et la crainte qu'il inspire chez eux lui insuffle un sentiment de satisfaction dont il ne saurait se passer.  Ce qui les glace d’effroi, c’est justement d’apercevoir un être, à première vue humain aussi.. inhumain. De voir ce mort vivant monochrome seulement vêtu d’un haillon noir déchiré noué autour de ses hanches saillantes se dresser devant eux. De voir ce squelette entier marqué sur sa peau diaphane. De ne distinguer que le néant dans ses deux yeux révulsés et qui sont en réalité de simples iris blanches. De ne ressentir que le désespoir et l’insanité qui émanent de son aura écrasante. Instinctivement ils détournent le regard pour fuir le cauchemar, mais le démon leur barre la route avec une gigantesque faux qu’il tient d’une main presque totalement décharnée, arme dont la lame tranchante pointe vers son épaule droite où est tatouée l’allégorie de ce qu’il est devenu; le trépas imminent. Son corps, Morrigan le considère comme une œuvre d’art à part entière. Il représente un récit; l’histoire du monde, de son point de vue, depuis qu’il a été libéré, et un trompe l’œil, avec par exemple de véritables côtes qui se confondent avec celles qui sont encrées sur son épiderme, ou encore cette longue vipère esquissée qui embrasse son échine jusqu'à son épaule gauche où la tête du véritable reptile fait parfois son apparition, prédateur tapi dans sa chair. Personne n’a jamais entendu son cœur battre pour la simple et bonne raison qu’il en est démuni, et son verso n’est pas plus rassurant que son recto. Un troisième œil qui trône dans le creux de son dos et qui paraît tout voir, trois horloges disséminées qui semblent compter le temps qu’il leur reste à vivre, un trou noir qui symbolise la gourmandise et son appétit inépuisable, enfin, deux ailes de jais disponibles pour la frime, invisibles lorsqu’elles sont nichées dans le creux de ses omoplates. Et tandis que leur ultime vision est l’abominable, Morrigan est aussi la dernière voix qu'ils entendent, les malheureux. Une langue serpentine qui siffle la symphonie des enfers, un timbre rocailleux, grave, trop détaché et qui résonne dans leur tête identique à un écho, son souffle froid comme un mistral d’hiver glacial sur leur tendre enveloppe charnelle.. La mort, en somme. Traits de caractère + Contrastes. Il y a lui et il y a l'autre. Il y a le démon solitaire, qui ne compte que sur lui même et qui ne suit nulles autres lois que les siennes. Le fourbe, l'égoïste qui se joue de tout et qui se complait dans la douleur et l'horreur qu'il laisse sur son passage. Le machiavélique qui s'amuse et qui perçoit ses affaires comme des parties de poker ou d'échec géantes dont son orgueil, sa puissance tant physique qu'intellectuelle ainsi que l'éloquence et le pouvoir de persuasion qu'il possède lui valent souvent des victoires. Paradoxalement, il ne supporte pas la défaite mais grand joueur qu'il est, il apprécie ceux qui lui tiennent tête parce que c'est plus.. stimulant. Louanges reconnaissant votre intellect, fair-play illusoire puisqu'en réalité, si vous gagnez la manche, il saura vous le rendre. Son calme et son cynisme ne sont que les pans d'un mur faussement impassible qui dissimule une rancune féroce à la moindre contrariété, une colère latente mais destructrice qui n'attend que le moment propice pour exploser.. Et quand la bombe est en pleine déflagration, fuyez. Car dans ces instants, sa violence atteint des sommets. Sa fascination morbide pour la mort et sa gourmandise excessive qui tend vers l'autodestruction sont aussi des caractéristiques de sa personnalité démoniaque, le genre de démon qui aspire à piétiner ses limites et les règles sans pour autant être anarchiste. Puis il y a l'humain, les traits qu'il emprunte (qu'il a dérobé) au jeune Paxton Rosenwald et qui est son opposé. Le beau garçon qui irradiait de bonté, qui, un peu rêveur sur les bords souhaitait voir le monde entier avec un sourire accroché au visage. Paxton était le prototype du gars bien, altruiste et de bonne compagnie, intelligent et classe, pour la justice et le bien, qui voyait grand pour son avenir. Oh, il aurait pu devenir un chirurgien de renom s'il n'avait pas croisé le chemin de Morrigan, Morrigan qui se régale à usurper l'identité du malheureux et à calquer l'attitude d'un individu qui lui est antithétique sans que personne ne se doute de rien. Vu de loin, on pourrait presque croire que sa couverture déteint sur son caractère tant les sourires qu'il offrent paraissent sincères; mais pas de méprise. Tout n'est qu'un jeu et il demeure un envoyé des enfers. Pour tenter de lui échapper? Parvenez à lui inspirer de la pitié. Seulement, si vous êtes sa proie, il aura beau vous laisser un temps de répit, tôt ou tard le piège se refermera inexorablement sur vous. Car personne n'échappe à la mort.

∫ You are the witness of change

NIVEAU 1 + Absorption d'âmes, Pacte, Altération de l'apparence et Téléportation
NIVEAU 2 + Détection, Altération de l'apparence (en chien)
NIVEAU 3 + Pyrurgie, Familier
NIVEAU 4 + Ralentissement

maîtrise : Démon de niveau 3, d'une puissance qui n'est plus à démontrer, Morrigan maîtrise parfaitement depuis longtemps les pouvoirs que son espèce lui confère. L'absorption d'âmes est celui qu'il use le plus souvent (il a d'ailleurs toujours survécu à ses accès de gourmandise excessive), et il a déjà eu recours à l'enchainement d'un familier à ses côtés.


∫ when you came in, the air went out

morrigan n'a pas vraiment d'amis -plus des connaissances et des collaborations- et estime qu'il n'a pas besoin de s'en encombrer. cela dit, et ça peut paraitre étonnant de la part d'un cœur de pierre comme lui, il est plutôt attaché à ses deux chiens qu'il a "affectueusement" nommé bacchus et naberius ☪️ bien que ça n'ait aucun intérêt, il fume des cigarettes, des lucky strike plus exactement. à l'origine, c'était surtout pour se fondre dans la masse puisque ça n'a aucun goût, mais de fil en aiguille il a pris l'habitude de cloper à des heures fixes. c'est évidemment un automatisme due à la routine et non pas une addiction à la nicotine ☪️ comme tout démon qui se respecte, les humains le rebutent profondément. néanmoins, il doit bien admettre que certains parmi eux ont fait de grandes choses qui le fascinent presque ☪️ la mort a fini par devenir sa lubie. il trouve ça beau, la mort. il trouve ça presque poétique ☪️ il a appris à jouer du piano et du violon, au fil des années. quand bien même il ne dirait pas qu'il se passionne pour ça, à force de voir les plus grands artistes, il a fini par céder à l'essai. la musique est avant tout un moyen de tuer le temps lorsqu'il s'ennuie ☪️ paxton est surtout qualifié de gentil, mais aussi de lunatique. ce trait de caractère lui vient de morrigan qui ne peut constamment garder les rênes tendues. avoir le rôle du bon samaritain, c'est épuisant, et les nerfs mis à rude épreuves ne tiennent parfois pas ☪️ morrigan est conscient de sa puissance et à tendance à le faire savoir. toutefois, il sait aussi reconnaitre la force des autres, et généralement, ceux là obtiennent parfois son respect ☪️ il ne mange jamais de vrais repas lorsqu'il est seul. il ingurgite le strict nécessaire lorsqu'il est accompagné pour éviter les questions, et pareillement, il ne dort pas énormément ☪️ fin stratège, ses plans s’échafaudent pour faire le plus de dégâts possibles tout en ayant du style. tout détruire c'est bien, mais tout détruire en beauté, c'est mieux. réellement, il joue, et abat les cartes de son paquet pour créer les meilleurs effets de surprise ☪️ d'ailleurs, après avoir vu la saga de films saw, il s'est aisément mis en analogie avec le jigsaw.. en mieux, bien sûr. parce que lui, on ne lui échappe pas ☪️ il apprécie la littérature et il l'écriture. l'époque gothique est celle qui à son sens lui correspond le mieux, et la façon dont les humains perçoivent les mythes et religions attisent son attention ☪️ à chaque fois qu'une discussion porte sur le sujet des forces surnaturelles et que quelqu'un clame que les démons n'existent pas, il est partagé entre le rire et l'envie d'encastrer la personne dans le mur le plus proche ☪️ morrigan est un démon assez dynamique dans la mesure où rester trop longtemps sans rien faire le lasse assez rapidement. pourtant, il a des phases où il peut rester des heures assit sur le toit du plus haut immeuble afin de méditer et faire le vide. et ne vous avisez pas de le déranger dans ces moments là ☪️ il a une excellente mémoire ainsi qu'un excellent sens d'observation et d'analyse. des détails insignifiants lui restent malgré tout en tête parce qu'inconsciemment, il se dit que peut-être, un jour, ça saura lui être utile ☪️ il connait beaucoup de psaumes démoniaques qu'il aime bien réciter à voix basse, comme pour contrer tous ceux qui en récitent des religieux censés maintenir le mal en dehors de leur logis ☪️ rusé, dangereux, solitaire, sarcastique, faucheuse.. il aime l'étiquette qu'on lui a collé et se plait à entretenir l'atmosphère insondable qui règne autour de lui. faire en sorte que les gens ne sachent jamais ce qu'il pense, ni ses intentions, ni ses actions est un énorme avantage ☪️ morrigan se bat très bien à mains nues quand bien même ça ne lui arrive pas souvent d'en arriver aux mains sous sa forme humaine. ce n'était pas vraiment le genre de paxton, alors tabasser les gens à tout va aurait sans doute éveillé les soupçons ☪️ morrigan a pas mal de manies désagréables et apprécie des choses insolites comme le bruit continuel des aiguilles d'une horloge ☪️ il parle de façon plus soutenue lorsqu'il est énervé que lorsqu'il est dans son état habituel ☪️ il ne connait pas les scrupules et préfère faire cavalier seul, cependant, lorsqu'il passe un accord avec un des siens, il est plutôt du genre loyal et ne cherche pas à la faire à l'envers tant que l'autre est dans la même optique que lui.


∫ let's play the blame game

Pseudonyme + monochromatic. Âge + je pars sur mes dix-neuf ans! dire que j'en avais dix-sept quand je suis arrivée ici, c'est trop bow bigpup Fréquence de connexion + ça dépendra de la fac, mais j'ose espérer au moinss 3/7 I love you  Groupe + démons bitches evil Crédits + bannières de tumblr (daily dose of rick genest), citation de victor hugo et d'arthur rimbaud, avatar de musclor.

Code:
[color=crimson][b]rick genest[/b] • morrigan[/color]
[color=crimson][b]adam brody[/b] • morrigan[/color]


Dernière édition par Morrigan le Mer 21 Jan 2015 - 20:01, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
and i'm going down all the way
i'm the higway to hell ƒ 3

avatarand i'm going down all the wayi'm the higway to hell ƒ 3




Pseudonyme : doesntmatter.
En ville depuis le : 15/07/2013
Nombre d'insultes postées : 21
Crédits : moriarty (avatar) + tumblr (signature)
Célébrité : rick genest + adam brody.
Âge du personnage : âge réél indéterminé, vingt-quatre ans en apparence.
Métier : il sème la mort mais il est infirmier.
Identité : paxton rosenwald.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre et naturellement mauvais.
Statut : démon supérieur de niveau trois.
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 14:32

Messire Belzébuth tire par la cravate ses petits pantins noirs grimaçant sur le ciel, et, leur claquant au front un revers de savate, les fait danser, danser aux sons d'un vieux noël ! et les pantins choqués enlacent leurs bras grêles comme des orgues noirs, les poitrines à jour que serraient autrefois les gentes damoiselles, se heurtent longuement dans un hideux amour



∫ the road to darkness is a journey

« Il n'y a pas pire supplice que la douleur sans en voir le bout. La douleur est aveuglante, la douleur efface et détruit tout, tout, absolument tout sur son passage. Cette flamme ardente qui brûle les entrailles, le cerveau qui crie au secours, le cœur prêt à éclater contre des côtes meurtries, les plaies lancinantes, le sang qui s'écoule et la chair qui s'arrache, puis cet infâme goût pâteux de poussière et de sang imprégné sur la langue.. Je vous assure, il n'y a rien de plus terrible que la douleur physique. Je pensais que j'étais un homme fort, vous savez. Mais j'avais tort. La souffrance est bien plus puissante que moi. L'impitoyable jeu du sort m'a arraché à la vie au sens propre du terme. Un putain d'accident. Juste un putain d'accident et voilà où j'en suis. Je pleure. Dans quelques minutes, je ne serai plus. Au douze coups de minuit, il viendra me chercher. Le démon noir et blanc qui m'a trouvé rampant sur le bitume viendra soustraire mon âme. Si seulement j'avais su, si seulement j'avais eu toute ma tête à ce moment là, si seulement cette sensation de torture ne m'avait pas volé ma volonté ainsi que ma raison.. J'aurais paisiblement accepté que cette vieille amie la mort m'enlace plutôt que de reculer l'échéance en signant avec le diable. Alors que la fin approche à pas lourds, la trotteuse sur l'horloge me nargue ostensiblement, vicieuse, je vous le couche sur ce papier avec toute l'honnêteté que mon palpitant malmené peut encore vous donner; j'aurais préféré qu'il me laisse pourrir dans ma propre hémoglobine. Je ne peux me tirer ses mots de l'esprit, « Je peux faire cesser ton calvaire, tu sais. Surtout, je peux te rendre ton corps intact, comme si ce camion ne t'avait percuté. Je peux te donner une dernière chance de poursuivre ta vie en échange de quelque chose, bien entendu » Et je ne pourrai jamais me remettre de mon erreur lorsque je lui ai fébrilement articulé « Tout ce que vous voudrez » avant qu'il ne me réponde avec un rictus satisfait « Dans cinq ans, jour pour jour, ta vie sera définitivement mienne. Tâche de profiter des mille huit cent vint-cinq jours dont je te fais clémence ». Mais c'est trop tard pour avoir des regrets, désormais. Deux minutes. l'heure est presque venue de tirer ma révérence. Je peux presque entendre son rire glacial à travers les murs. Alors par avance, je m'excuse. Je m'excuse des crimes que ce vile individu commettra peut-être en mon nom. Je m'excuse de l'affliction qu'il répandra avec mon visage. Je suis désolé. j'aurais voulu.. »  

Crac. Le bruit sec de cervicales qui se brisent retentit dans l'air de la chambre soudainement devenu pesant. « Ton temps est écoulé, gamin » La tête de l'humain retomba avec fracas sur le bureau en une expression de stupeur apeurée, un filet de liquide rouge s'écoula d'entre ses lèvres entre-ouvertes et ses yeux ne furent plus que deux globes blancs enfoncés dans leurs orbites respectives. Un silence malsain envahit alors la pièce en même temps que l'obscurité provoquée par la présence du démon, puis un ricanement mauvais s'échappa de sa poitrine. Ce corps inerte qui gisait là devant lui, ça avait été un plaisir de le hanter durant ces cinq dernières années. Il était si faible, en réalité, une pauvre bête effarouchée trop facile à tourmenter. Ah, cette domination qu'il exerçait sur ces gens auxquels il avait laissé un sursis, hypocrisie ultime, c'était hilarant. Mais celui là, cet insecte là, il avait quelque chose de fascinant. Il dégageait une lumière blanche, trop immaculée pour un être humain lambda. L'homme est naturellement souillé par les pêchés, mais lui, il dégageait quelque chose d'un peu trop céleste mais surtout d'un peu trop irritant. Morrigan siffla victorieusement entre ses dents puis balaya la pièce de ses iris perçantes et celles-ci s'arrêtèrent sur la lettre inachevée légèrement dissimulée sous le macchabée encore chaud. Un sourcil levé, le fils de la gourmandise l'attrapa et la parcourut brièvement du regard, ensuite, il la consuma entre ses doigts flambants. « Oh, ne t'en fais pas, Paxton. Tu resteras le gentil petit mouton que tout le monde connait. Tu seras simplement un joli déguisement pour apprécier davantage mes méfaits ». Autrement dit? Le gangréner quand même. Chez les démons, c'est comme ça, même les morts, on ne les respecte pas.


✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲


Assit sur la terre grisâtre du monde d'en bas, Morrigan observait silencieusement le monde d'en haut à travers de l'eau ensorcelée tout en murmurant des psaumes diaboliques. Un de ses chiens, Bacchus, grogna soudain; le démon le calma rapidement en lui tapotant le haut du crâne. Là, la voix rocailleuse d'un de ses comparses abattit la quiétude dans laquelle il s'était enfermé, et c'était d'ailleurs de cette arrivée malvenue que son animal s'était sans doute plaint plus tôt. « Belzébuth souhaite s'entretenir avec toi » Sans même daigner jeter un coup d'oeil à son interlocuteur, l'intéressé articula froidement: « Eh bien, qu'il vienne ». L'autre eut un instant d'incrédulité, quelques secondes de silence s'installèrent entre les deux créatures avant que le messager ne reprenne la parole à la fois surpris et quasiment outré. « Dois-je te rappeler qu'il est notre maître? » Un gloussement méprisant traversa ses lèvres déformées en un rictus aussi sarcastique que le ton de sa voix, puis Morrigan se redressa afin de s’exécuter. « Il excusera ma mémoire, c'est vrai que j'ai parfois tendance à oublier ce détail ».

La gourmandise se tenait là devant son fils et le surpassait de sa stature démesurée. Un colosse duquel une force maléfique et invisible explosait de tous ses pores, le genre qui aurait suffit à faire mettre le Roi Leonidas de spartes à genoux sans la moindre résistance. Pourtant morrigan restait debout, ses pupilles ivoires plantées dans celles de son supérieur, inquisitrices et désinvoltes, comme s'il le pressait de s'expliquer en toute légitimité. « Morrigan, tu sais sans doute que tu me laisses.. perplexe. Je ne sais que penser de toi » Autoritaire. Le timbre de la gourmandise était autoritaire, tintait presque une note de reproche. le jeune démon croisa les bras, tiqua discrètement en claquant sa langue contre son palais. « Avec tout le respect que je vous dois, dois-je prendre cela comme une mise en garde? » Belzébuth s'esclaffa nerveusement puis il fit signe à son sujet de s'avancer un peu plus. « Tu n'es qu'un monstre d'impudence, mais je dois reconnaître que tu es mon meilleur élément. Alors j'ai une proposition à te faire.. » Les mots qui suivirent, Morrigan ne les écouta que d'une oreille distraite. Le pourquoi du comment ne l'intéressait guère, contrairement à la finalité de cette tirade cependant. Les seules bribes de mots qui captèrent réellement son attention furent "devenir mon bras droit" et "je te laisserai vaquer à tes occupations". Dans l'ombre, il ne put s'empêcher d'esquisser une ébauche de sourire pourvu, car il n'était pas idiot; il avait déjà essuyé bon nombre de réprimandes quant à son individualisme jugé "suspect" et il devinait aisément que Belzébuth l'assignait à ce poste dans son unique intérêt parce qu'il craignait que sa progéniture ne lui plante un couteau dans le dos. Pourtant, le vieux avait tort, Morri n'avait pas l'intention de lui causer préjudice -que son maître fut lui ou un autre, cela aurait été du pareil au même-, cela dit, il se garda bien de le préciser afin de laisser planer le doute et de conserver par la même occasion ce siège si haut placé qu'on venait de lui apporter sur un plateau d'argent. Lorsqu'il sortit de la demeure du grand pêché capital, le dernier conseil de celui-ci; « Dorénavant je te prierais de brider ta fringale d'âmes humaines, nous t'avons retrouvé un peu trop souvent aux portes de la mort ces derniers temps. Te perdre serait un gâchis et tu te dois de montrer l'exemple, n'est-ce pas? » glissa sur lui comme de l'eau sur les plumes d'un canard, puis il rencontra à nouveau le démon qui était venu le chercher tantôt et qui souffla en le croisant; « Tu ne mérites pas la confiance de Belzébuth. D'autres le serviraient bien mieux que toi. Tu n'es bon qu'à te gaver et.. » De la confiance? de la confiance? Le bougre d'imbécile! S'il pensait que le père de la gourmandise l'avait élu par affinité, il se fourrait le doigt dans l’œil. Morrigan lui aurait ri au nez s'il n'avait pas continué après le "toi". Une lueur fugace mais vive de courroux le traversa, il fit volte face promptement et apparut devant l'insolent, sa poigne de fer enroulée autour de son cou d'oisillon chétif tel un étau de fer assassin. « Qui es-tu pour me parler ainsi? Tu n'es qu'un misérable démon inférieur, tu n'étais même pas né que j'avais déjà accompli plus que tu ne le feras jamais. J'ai tout vu, tout vécu, toi tu n'es qu'une poussière dans ce monde. Alors ose répéter que je ne suis bon à rien et je t'arrache la tête à mains nue avant de la donner à mes chiens » L'infortuné était secoué de spasmes en tout genre et tentait vainement de se débattre, mais son squelette et ses muscles ne purent lutter contre l'emprise de Morrigan. Celui-ci considéra les glapissements terrifiés comme un silence, et le regard gorgé de pitié, il le jeta au sol avec une vigueur non maitrisée. « Je préfère ça ».  


✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲


Année mille trois cent cinquante. Angleterre. Les dépouilles dévorées par les mouches et les vers jonchaient les pavés. Les rats malades grouillaient dans les caves et les ruelles, transportaient dans leur organisme la bactérie mortelle. L'épais voile cendré qui semblait recouvrir le ciel n'était plus la fumée chaleureuse des petits feux de cheminée, ni même celle des industries, non, c'était un nuage écœurant dû aux incinérations d'innombrables amoncellements de victimes. Plus de prières pour ces pestiférés, plus de cérémonies funéraires.. Non, on les jetait sur le tas le plus proche et on attendait que les flammes viennent les lécher dans l'espoir de laver l'atmosphère par la même occasion. Prostré dans son cabinet, le docteur Wilson observait sans un mot les rues, caché derrière son monocle, son costume tiré, son visage serein. Il était le meilleur médecin des environs et il était le seul de la profession à avoir miraculeusement réussi à sauver quelques malades.. Les riches, en général. Ceux qui savaient honorer ses services comme il se devait. Ses homologues admiraient son calme en dépit de la gravité de la situation, jalousaient son succès. Le peuple le voyait comme le messie, celui qui ferait cesser ce fléau de dieu et qui ramènerait l'éclat des beaux jours. Les églises étaient vides et les rares fidèles restants s'adonnaient à des processions religieuses à travers la ville, ville dans laquelle on s'écartait pour laisser place à ce grand homme, à cette nouvelle divinité qui n'était autre qu'un serviteur du diable. Morrigan. Personne ne s'était demandé pourquoi un individu de ce rang qui aurait tout naturellement été catholique ne fréquentait en aucun cas la paroisse.. Ah, si seulement ils avaient su, cela leur serait tombé sous le sens. Subitement, l'associé du médecin déboula dans la pièce, tirant morrigan de ses songes triomphaux. « Monsieur, une dame aimerait que vous la receviez » Le démon voyait déjà l'objet de la requête arriver gros comme une maison et il se régalait d'avance des âmes qu'il allait engloutir incessamment sous peu.

« Sauvez mon fils, je vous en prie docteur.. Mon enfant est tout ce que j'ai.. » Tandis qu'elle énonçait cette supplique, la pauvre femme à l'allure très modeste déversait sur la table le contenu d'une petite bourse en cuir qui ne parvint à vomir que quelques pièces ridicules. Puis, les yeux noyés de larmes, elle se mit à genoux les mains jointes, implorante. Wilson avait vu le gamin, et comme tous les autres avant celui-ci, la médecine de l'époque était bien trop inefficace pour le guérir. fiévreux, il transpirait, se tordait de douleur, haletait, gémissait, rendait de la bile amère.. L'ambiance entière suintait la maladie, le désespoir et la mort. Aucune médecine de l'époque n'était en mesure de contrer la peste, de toute manière. Mais Morrigan, lui, il le pouvait s'il le désirait, et c'était d'ailleurs lui le maitre d’œuvre de ces prodiges. Pas ce vaurien d'homme qui, en réalité, avait brûlé parmi les malades au début de l'épidémie. « Êtes vous réellement prête à tout..? » La mère de l'enfant affirma en secouant la tête de haut en bas. Morri, sous la physionomie du médecin fit mine d'hésiter, marmonna une tripotée de mots inaudibles, puis lâcha; « Pour cela, il vous faudra faire appel à l'au-delà. Il vous rendra votre fils, mais gardez-cela en tête: tout a un prix » La réplique grave claqua comme un coup de fouet dans l'air, et il n'aurait manqué que l'orgue et les éclairs pour rendre la scène caricaturale. Il était gentil, quand même, de mettre en garde ses proies. Il leur laissait un exutoire de dernière minute, une chance ultime de faire machine arrière. Hélas perdue dans les méandres de son malheur, la femme n'y réfléchit pas à deux fois et le soir même elle invoqua le démon que monsieur Wilson lui avait conseillé de contacter; lui-même. Terrifiée dans un premier temps -les créatures surnaturelles avaient beau être une croyance à part entière dans les mœurs de la société, en voir une en chair et en os faisait toujours cet effet là-, elle finit par conclure un pacte avec le fils de la gourmandise en échange de son âme. Chose promise chose due, le démon délivra l'adolescent de ses maux mais profita de sa faiblesse mentale et physique pour lui faire réciter "le serment du familier" avant de le remettre sur pieds, prétextant une prière..  Sa mère, accablée de voir le fruit de ses entrailles être tant lié aux enfers ne le supporta pas puis mit fin à ses jours quelques semaines plus tard. Quant au garçonnet, Morrigan sonna le glas de leur affiliation en le dépossédant de son âme avant de le tuer, punition pour un acte de rébellion commit un peu plus tôt. Il avait eu la mère et le fils. démon: 1 - humain: 0. Et décidément, il n'en démordait pas; aucune mélodie n'arrivait à la cheville des cris et des larmes. dans son jeu, il était le patron, le roi, il était la bourrasque de vent qui soufflait sur le château de cartes.


✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲ ✲


« Paxton, comment ça se fait que tu sois encore célibataire? t'es tellement gentil.. » Ledit Paxton se détourna légèrement, passa une main nerveuse dans sa chevelure brune, un sourire confus aux lèvres. « Euh, merci..? » Discrètement, l'aguicheuse infirmière glissa un morceau de papier griffonné de son numéro de téléphone dans une poche de sa blouse. Morrigan jouait les puritains devant les autres, mais évidemment, il allait la rappeler pour la dévorer un de ces quatre. D'abord goûter à sa peau, ses lèvres, ses courbes, puis finir en beauté; lui voler son âme inopportunément. Cette allumeuse pensait contrôler la situation, pensait maîtriser la danse, jubilait sans doute intérieurement de voir ses charmes faire effets.. Mais elle n'aurait pas dû s'en prendre à Paxton. Paxton était l'unique homme à qui elle n'aurait pas dû faire des avances. Morri n'attendait qu'une chose; voir la désillusion dans ses pupilles liquéfiées une fois le moment venu. Soit, alors qu'il faisait le tour des chambres qui lui étaient allouées, Morrigan sentit soudain une aura semblable à la sienne, une force qui n'était pas normale. Par réflexe, il fit vivement un demi-tour sur lui même, aperçut une silhouette qui ne lui était pas inconnue et qui hocha imperceptiblement la tête lorsque leurs regards se croisèrent. Hm? « toutes mes excuses madame Marston, je repasse dans dix minutes n'ayez crainte » D'un pas lent, il se dirigea vers son compère qui l'attendait, et une fois près de lui, il se contenta de poliment lui serrer la main. Seulement, son interlocuteur le fixait d'un air.. Inqualifiable, si bien qu'ils restèrent là, comme enracinés sur place, une seconde qui parut une éternité. « Eh bien quoi, Ozrah? » Ce dernier haussa les épaules en feintant de réfléchir. « Non, rien, c'est juste que te voir si.. humain me perturbera toujours, Morrigan. » Le démon de la gourmandise gloussa discrètement tout en opinant. Ozrah.. un des seuls démons avec Mephisto -si ce n'étaient pas les seuls- pour qui Morrigan avait encore de la considération. En réalité, ils en étaient tous trois conscients; ils étaient un peu les "survivants". Les représentants de la belle époque démoniaque, les trois bras droits qui en valaient vraiment. Quand Morrigan questionna l'envie sur les raisons de sa venue, celui-ci lui répondit tout bas qu'il valait mieux s'éloigner un peu et ils s'isolèrent dans un coin de la réserve que le premier prit soin de fermer à clé. « On en a discuté avec Mephisto et nous voudrions ton avis. C'est à propos des sept grands pêchés capitaux » Mh. Il y avait anguille sous roche. Pour qu'Ozrah se déplace, cela devait être bien plus important que de la simple curiosité à propos d'un sujet dont ils avaient déjà parlé par le passé maintes fois. Cela dit, il ne demanda pas d'éclaircissements, ça n'éveillait pas franchement son intérêt, et il laissa son collègue reprendre. « Tu ne penses pas qu'il serait temps de faire quelque chose pour ramener l'ordre au sein de notre espèce? Il y a trop de.. parasites. Pour cela, il n'y a pas dix solutions; soit toi, Mephisto et moi réglons ça par la force, soit il faut trouver un moyen de ramener les sept maîtres » Instinctivement au vu de son tempérament, Morrigan aurait opté pour la première option s'il n'avait pas eu le choix. Toutefois il ignorait qu'Ozrah lui présentait cette alternative dans l'unique but de déguiser ses réelles intentions, c'est à dire choisir la seconde. « Honnêtement, je ne compte pas agir. Ce serait des efforts inutiles. Je règle leur compte à ceux qui me défient et j'avance très bien tout seul » Morri ne releva pas, mais Ozrah sembla sourciller une fraction de seconde. Ce démon de la mort qui ne voyait pas où il voulait en venir était vraiment un crétin d'individualiste, et par la même occasion cela confirma le fait qu'aussi puissant son alter-ego pouvait être, il n'avait pas eu vent de l'histoire des fragments. « Si ça vire au bordel, là peut-être que j'aviserai à m'allier à vous deux. Quant au retour des sept, tu sais ce que j'en pense » Ozrah acquiesça, mutique, avant de quitter l'infirmier. Dans l'état actuel des choses, l'envie avait jugé plus sage de ne pas en révéler trop à morrigan. Il le trouvait trop instable pour lui faire confiance à ce sujet, trop du genre à retourner sa veste à la première opportunité favorable. De surcroit, il était conscient que le démon ne les aiderait pas s'il ne récoltait pas une contrepartie qu'il imaginait bien trop grosse. Un climat plutôt pacifique régnait peut-être entre eux trois, mais ils savaient pertinemment que dans leur jeu respectifs, la foi n'était pas de mise. Parce qu'au fond, les souverains ne partagent pas leur royaume.


Dernière édition par Morrigan le Ven 16 Jan 2015 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 16:13

C'est toi le gosse beau du forum en fait nyeh



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
and i'm going down all the way
i'm the higway to hell ƒ 3

avatarand i'm going down all the wayi'm the higway to hell ƒ 3




Pseudonyme : doesntmatter.
En ville depuis le : 15/07/2013
Nombre d'insultes postées : 21
Crédits : moriarty (avatar) + tumblr (signature)
Célébrité : rick genest + adam brody.
Âge du personnage : âge réél indéterminé, vingt-quatre ans en apparence.
Métier : il sème la mort mais il est infirmier.
Identité : paxton rosenwald.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre et naturellement mauvais.
Statut : démon supérieur de niveau trois.
Capacités et inventaire :

MessageDim 11 Jan 2015 - 16:25

parce que tu avais encore des doutes là dessus? hehe nyeh



"à venir"
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageMer 21 Jan 2015 - 20:57

alléluia
Tu es validé(e) ! Bienvenue chez les fous !

   
Morrigan est toujours aussi... parfait thud

   
Mon enfant, il va falloir passer au ravitaillement afin de prendre des forces pour la suite. Oui ta fiche est enfin bouclée. Oui il y a encore quelques étapes obligatoires. ET ON NE SOUFFLE PAS SINON TU N'AURAS PAS DE COOKIE !

   
   Dans un premier temps, je t'invite à aller réclamer tes dàn, parce que bon. Tu as tout de même tout bien écrit et tout bien compris. En plus, ils te seront bien utiles pour l'évolution de ton personnage. Voilà, clique sur le lien et imprègne-toi du fonctionnement que les méchantes fondatrices ont imaginé. Ensuite, tu peux compléter ton profil, c'est toujours cool ! Il te faudra également consulter les registres pour poster tes différentes demandes. Sinon tu seras invisible dans la hiérarchie, sans emploi et sans le sou. C'est triste. Enfin, n'hésite pas à utiliser les formulaires mis à ta disposition pour ton  manuscrit et ton journal qui te permettront d'élaborer tes liens, programmer tes futurs rp, recenser tes objets, etc. (En plus ça rapporte des dàn)

   Garde à l'esprit que tu es parmi nous pour t'amuser, passer du bon temps. Non pas de massage dispensé par l'équipe administrative. FAUT PAS POUSSER MÉMÉ !



   
N'oublie pas : Pas de dàn pas de chocolat pouvoirs !
   


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

morrigan ◊ seven devils all around you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» morrigan ◊ seven devils all around you
» LES DEVILS À 10 PTS DES ÉLIMINATOIRES
» New Jersey Devils
» (MORRIGAN) DON'T MESS WITH ME !
» Les Devils sous le respirateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: i'm feeling good-