Partagez | 
 

 Arthur - You gonna hear my voice when I shout it out loud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 16:39


← Arthur Victor Dubois
« Je hais la réalité, mais c'est quand même le seul endroit où se faire servir un bon steack. »
âge
25 ans
origine
français. Mais le premier petit malin qui lancera un petit "omelette du fromage" se prendra son "poing dans la gueule".
camp
Feannag
orientation
loyal mauvais
niveau
1






∫ funeral of hearts and a plea for mercy

NOM ET PRÉNOM(S) Arthur. Ca a de la gueule, pas vrai ? La partie mégalomane de l'Initié se flatte de posséder le même nom qu'un roi légendaire. Il s'estime bien moins heureux de son nom de famille, il faut voir comme les gens du coin l'écorchent. Pendant un temps, il prenait en grippe tous les gens incapables de le prononcer. Il nourrissait une rancune contre plus de quatre-vingt pourcents des gens rencontrés jusque-là : pas facile d'organiser son emploi du temps pour avoir le temps de maudire tout ce petit monde. DATE ET LIEU DE NAISSANCE 8 mai 1988, à Orléans, en France. SEXUALITÉ Hétérosexuel, il a bien partagé le lit d'un homme une fois, mais c'était un test.  COMMENCEMENT Rafael. Il n'en a pas fallu plus à Arthur pour se laisser convaincre. Sensible à ses intuitions, il a décidé immédiatement de faire confiance à ce type à la tête de truand. Il sortait lui-même de prison et a su reconnaître quelqu'un d'abîmé par la vie. Leur dégoût pour les créatures surnaturelles les a rapprochés. Arthur est maintenant un membre très actif et peu scrupuleux des Feannag. MÉTIER Technicien sons et lumières au théâtre de la ville. Il est loin de s'en plaindre : il peut voir des spectacles gratuitement et avec son casier judiciaire, il n'aurait pas fait la fine bouche.  TRAITS DE CARACTÈRE colérique, rancunier, mauvais perdant. Non seulement le Feannag s'énerve facilement, mais sa confiance trahie ne se rachète pas en un tour de main. Il lui est arrivé plus d'une fois de se montrer violent. Lorsque ses sentiments sont impliqués, Arthur perd toute retenue. ▽ cassant ▽ Pour li, les autres sont un moyen, pas une fin. Même ceux qui lui sont chers subissent ses sautes d'humeur et ses réflexions acides. Il ne voit pas le mal à retourner le couteau dans la plaie. cruel. Il est passé maître dans l'art du chantage affectif, de la culpabilisation, de la petite pointe méchante qui aura un impact dévastateur. C'est le jeu, et vous n'allez pas commencer à le faire chier, hé. Il a été en prison, il fallait qu'il se défende. Avant cela, la vie n'a pas toujours été simple. Pas question de s'attendrir. S'il regrette d'avoir brisé le coeur du garçon qui était amoureux de lui ? Non. C'était distrayant d'avoir une expérience homosexuelle, voilà tout. Marrant.empathe. Pourtant, il lui arrive de se montrer étrangement empathe. Il a travaillé dans un service social et gardé des enfants lorsqu'il était plus jeune. Les choses se sont toujours très bien passées, il parvient à écouter les autres avec intérêt s'il les a à la bonne. Dans l'ensemble, il peut même se montrer loyal mais vous aurez besoin d'être patient face à ses réflexions. Il n'y réfléchit pas. ▽ déterminé Ses détracteurs pourront dire de lui qu'il est buté, mais il faut reconnaître au jeune homme une formidable capacité à décrocher ce qu'il veut. S'il existe une chance même infime d'obtenir ce qu'il désire, vous pouvez être sûr qu'Arthur mettra tout en oeuvre pour y parvenir. Et il y a de grandes chances pour qu'il y parvienne. Jusque-là, il a produit sans sourciller de fausses lettres de recommandation et s'est inventé des compétences pour décrocher certains jobs. Imaginez de quoi il est capable lorsque le sujet le tient un peu plus à coeur que les sous lui permettant de vivre ...


∫ when you came in, the air went out

Arthur a un frère jumeau, Zola. Leur relation idyllique s'est compliquée ces derniers temps. Il évite d'en parler. La distance que Zola a mis entre eux est un échec cuisant à ses yeux. Pourtant, avec un petit coup dans le nez, Arthur redevient très vite loquace et l'amour qu'il porte à son frère a quelque chose d'attendrissant  ▽ Il a passé quelques mois en prison lorsqu'il était plus jeune. Ce qu'il avait fait ? Son casier judiciaire garde les mentions "coups et blessures", et "détention de stupéfiants". On l'a libéré plus tôt pour bonne conduite. Il estime s'en être bien tiré : on ne l'a pas pincé pour ses autres infractions. ▽ Depuis, il montre patte blanche. Pour ne pas décevoir Zola, pour ne pas retourner là-bas, pour soulager sa conscience. ▽ Difficile à croire en le voyant engueuler quelqu'un ou gratifier un de ses proches d'une réflexion acide, mais .... Il est étrangement équilibré. Lorsqu'il se sent mal, le Feannag extériorise tout cela en faisant un peu de sport ou en écrivant. Ecrire est pour lui un incroyable moyen de se ressourcer, et il saisit toutes les occasions, quitte à se mettre sur le bas-côté de la route lorsqu'il lui vient une idée. Il aimerait être publié un jour mais se montre trop critique avec ses textes pour les présenter à une maison d'édition. Work in progress, les gars. ▽ On a pu voir Arthur dans des manifestations pour les droits des homosexuels, les droits des femmes, les droits des personnes transexuelles, dans un groupe de soutien aux ex détenus et aux alcooliques anonymes. C'est bien simple, quoi que vous fassiez de répréhensible, Arthur veut bien vous tendre la main. Enfin, seulement si vous êtes humains. Si vous êtes une créature surnaturelle, vous pouvez bien crever la gueule ouverte. Ou de sa propre main : ce n'est pas vraiment un meurtre à ses yeux. ▽ Enfant, Arthur avait des airs de Bart Simpson ou de personnage de la sitcom Malcolm. Les bêtises qu'il a fait et dans lesquelles il a entraîné son frère sont innombrables. Leurs parents ont toujours eu des scrupules à les punir , mais Arthur n'en a jamais eu lorsqu'il s'agissait d'exploiter cette faiblesse. ▽ Le meilleur moyen de le tenir tranquille, c'est encore de lui tendre un livre. Mais attention. Lecteur rapide, assidu et critique, il redevient infernal dès l'ouvrage terminé. A la différence qu'il démonte le style de l'auteur, les ficelles de l'histoire, compare aux autres oeuvres du courant littéraire pour affermir sa critique ... Il lui arrive d'aimer. Ses libraires ont le sentiment de passer un entretien d'embauche en lui conseillant un titre, mais c'est un client fidèle. ▽ Arthur est snob, foutrement snob et ce n'est pas un hasard s'il fredonne souvent cette chanson. Outre le français, il a appris le russe et l'italien pour pouvoir lire dans ces langues. Il les parle rudimentairement mais peut tenir une conversation sans trop de problèmes. Il parle couramment français et en joue. ▽ De manière générale, il aime séduire. Que ce soit pour obtenir une faveur ou les faveurs de quelqu'un. Il n'a pas de type de personne, il se contente de passer à l'offensive quand une personne li plaît. De manière plus générale, il ment comme un arracheur de dents. ▽ Fier de son petit confort, il se déplace souvent à moto ou mobylette pour aller plus vite et se glisser entre les voitures. Il sort rarement sans une arme ou deux, bien dissimulées sur lui. ▽ Il a suivi des cours d'arts martiaux lorsqu'il était plus jeune, mais la notion de fair-play lui est étrangère. Il ne cherche pas la beauté dans un combat, il ne demande qu'à sauver sa peau. Autant le dire tout de suite, ce n'est pas un adversaire loyal. ▽  En faisant fi du fait qu'il fume comme un pompier, Arthur a une hygiène de vie plutôt stricte et veille à faire du sport dès qu'il peut. Pour lui, une bonne condition physique, ce sont des meilleures chances de survivre. Et avec tout ce qui rôde dans les parages, il ne s'en plaint pas. Son alimentation est passée au crible, il se détend en comptant ses apports nutritionnels de la journée. Ne lui demandez jamais de l'aide pour suivre un régime. Jamais.

∫ let's play the blame game

PSEUDO El AGE La vingtaine s'approche à grands pas AVATAR Luke Grimes GROUPE Initiés CODE DU RÈGLEMENT y a paaaas ! CRÉDITS une source sur luke grimes pour l'image, citation de Woody Allen, et le titre vient de la chanson de Bon Jovi "It's my life"AUTRE Je suis la personne qui hésitait à prendre Rafael. Après avoir hésité entre Rafael le leader des extrêmistes, Ugo Bowen et Arthur, j'ai finalement porté mon choix sur ce dernier ! I love you 

Code:
[color=crimson][b]luke grimes[/b] • arthur dubois[/color]


Dernière édition par Arthur Dubois le Dim 21 Juil 2013 - 11:42, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 16:39

∫ the road to darkness is a journey



La pièce était plongée dans la pénombre et le silence. Depuis plusieurs heures déjà, la respiration de Z. ne formait qu'un léger souffle, à peine perceptible à qui tendait l'oreille. Arthur se détacha de lui sans bruit, replaçant son oreiller à sa place. Il ne resterait pas éveillé très longtemps, mais inutile de troubler le sommeil de Zola. En plaçant l'oreiller, il ferait illusion et pourrait reprendre sa place comme si de rien n'était près du corps chaud et rassurant de son jumeau.
Il se leva et atteignit sans bruit la fenêtre. Le courant d'air risquait-il de réveiller son frère ? Dans le doute, il prendrait un verre d'eau pour se rafraîchir. Il ne pensa même pas à maugréer à l'idée de traverser la grande maison de campagne. Zola n'y pouvait rien s'il faisait office de bouillotte contre son gré.
Un mouvement attira son attention dans le coin de la fenêtre mais il n'y fit pas attention.
Grand-mère interdisait toujours de prendre un des verres "qui cassent", mais Arthur se remémora en entrant dans la cuisine qu'il n'avait jamais suivi le moindre ordre qu'il jugeait grotesque. Et à huit ans, il avait lar-ge-ment le  droit de boire dans les verres d'adultes.
Il revint sans bruit dans la chambre et s'installa sur le rebord de la fenêtre, fier de lui. Il n'avait rien renversé. Ni vu ni connu. Zola dormait toujours à poings fermés. Il savoura son verre en silence.
La forme qui le frôla de l'autre côté de la vitre le fit déchanter aussitôt. Dans l'obscurité de la nuit, il aperçut un museau retroussé sous l'effet de la colère, aux crocs luisants. Le verre lui échappa des mains tandis qu'il ne parvenait plus à respirer : il avait croisé le regard de la Créature. Il n'y avait rien d'humain dans ce regard. Au hurlement du chien des voisins, il eut le sentiment qu'il ne s'agissait pas non plus d'un animal. Un long gémissement s'échappa de ses lèvres et l'enfant commença à trembler. Il l'avait vu. On ne lui ferait pas croire que c'était un cauchemar. Il l'avait vu, il n'était pas fou, il n'était pas trop jeune, il n'était pas mal réveillé ... Cette chose existait. Cette chose aurait pu les bouffer. Qui aurait pu le protéger ? Ses grands-parents ? Zola qui n'avait rien entendu avant ses hurlements ?
Il passa la journée du lendemain à griffonner des phrases incompréhensibles, incapable de canaliser l'effroi qui lui vrillait encore les tripes. Ca ne suffirait pas.
Il fallait qu'il devienne plus fort.


« J'avais douze ans quand je me suis cassé le pouce pour lui. Quand je dis lui ou Il, c'est toujours de Zola que je parle : je suis athée et le sort du reste du monde m'importe moins que ce qu'il lui arrive.
Je me souviens que je n'ai pas eu peur sur le coup. J'ai eu mal, bien sûr : garder mon pouce à l'intérieur de mon poing a été un très mauvais réflexe lorsque j'ai commencé à frapper ce type. Mais de la peur, non. Les règlements m'importaient peu. Je ne vois pas de quoi mes parents auraient pu me priver et la menace d'une sanction extérieur ne m'a pas effrayé. Il y a des idées qui valent la peine qu'on se batte pour elles. Quand aux gens, ça n'est même pas négociable : me battre pour la veuve et l'orphelin fait partie de mon credo.
Je n'ai pas réfléchi lorsqu'un camarade de classe a lâché une nouvelle réflexion cinglante sur Zola. Ce n'était pas un mauvais jour pour lui, une simple mauvaise humeur. Il n'aimait pas Zola. Un jour, il aurait fini par s'en prendre à Lui. Je devais casser la gueule de ce type. Ca a été aussi expéditif que ça dans ma tête. Je l'ai empoigné et mes poings ont trouvé très naturellement le chemin de son visage.
Il s'est défendu, même si j'avais le dessus. On nous a séparés et toute l'adrénaline s'est envolée.
Engueulade de mes parents. Conseil de discipline. Notre professeure de français de l'époque intervient pour plaider un peu ma cause auprès du directeur, en catimini avant l'entretien : je suis un élève agité en cours, mais j'avais l'air sérieux jusque-là. Pour elle, cette attitude ne me ressemble pas. Je crois que c'est la première fois que je suis tombé amoureux, même si ça n'a jamais abouti. J'ai fait des histoires. J'ai refusé de m'expliquer sur les raisons qui m'avaient poussé à laisser un de mes camarades avec le visage en sang. Mes parents m'ont disputé, on laissé planer la menace de me mettre loin de Zola. J'ai pris d'autres risques, j'ai demandé à voir le directeur et lui parler seul à seul, lui donner les motifs. J'aurais pu tout déballer avant, mais le souci de protéger Zola était primordial. S'il aimait les garçons -et après tout, hé, c'était quand même drôlement probable- je ne voulais pas que ça s'ébruite. Pas au milieu de collégiens qui pourraient le juger, se moquer de lui, l'empêcher d'être tranquille.
J'ai écopé d'un renvoi de quelques jours, durant lequel je suis resté aussi muet que possible. Mes motifs n'ont jamais été ébruités. J'ignore si le directeur en a parlé à mes parents. Ca ne comptait pas vraiment. J'ai pris Zola dans mes bras durant tout le trajet en voiture et je me suis endormi très tôt ce jour-là. Pour le reste, c'est un peu flou. L'os ne s'est jamais remis très droit, mais je m'en fiche. »

Carnet bleu abîmé, ancien journal intime. Sert maintenant à caler sa bibliothèque "littérature américaine".


« Zola est là, derrière la vitre du parloir. J'ai l'impression qu'il va pleurer d'un instant à l'autre. J'aimerais qu'il aille mieux. C'est fou ce que ça me manque, de ne pas avoir le droit de le toucher. J'aimerais bien passer une main sur sa joue, le prendre dans mes bras pour le consoler. Lui dire que tout ira bien, l'embrasser dans les cheveux, aussi. Lui tenir la main. Il y a une infinité de gestes qui pourraient le rassurer. Dire que je ne peux en faire aucun ...
Je me rapproche encore un peu de la vitre, le gardien m'a lancé un sale coup d'oeil. Je ne vais pas essayer de m'échapper, mon gars : je n'en ai que pour cinq mois. Je ne vais pas aggraver mon cas. Cinq mois, dans mon cas, c'est pas cher payé. Je suppose que ma bonne gueule a attendri le juge. Avec les remises de peine, je peux même me tirer d'ici avant.
Je rassure Zola du mieux que je peux. Bien sûr que ça se passe bien ici. On est gentil avec moi - c'est un bobard qu'il ne gobe pas, son visage me fait mal au coeur. Les visites vont bientôt cesser, je déballe tout ce que j'ai sur le coeur depuis mon incarcération hier. Le fait de parler en français me rassure un peu, ce sont des quolibets ultérieurs que je n'aurais pas à supporter, puisque les autres détenus ne vont pas savoir de quoi je parle. L'amour qu'il y a entre Zola et moi doit crever les yeux, mais avec un peu de chance, personne ne reviendra là-dessus, je ne me battrais pas par instinct, je sortirais vite d'ici et je pourrais prendre Zola dans mes bras.
« Ca très vite passer, ces quelques mois. Je te le promets. Je vais tout faire pour avoir une remise de peine. Tu viendras me voir, aussi ? Les visites sont permises presque tous les jours ... » Je ne m'étends pas là-dessus. Il a intérêt à venir autant que possible. Sans quoi, je ferai la gueule. J'aimerais glisser qu'il m'est redevable, pour toutes les fois où je l'ai protégé, mais il n'en sait rien. Pas la peine de lui déballer maintenant une liste d'apothicaire.  « Tu vas me manquer, Zola. Je t'aime, tu sais ? » Bien sûr, qu'il sait. »


Carnet rouge, recouvert de cuir. Les pages sont jaunies, certaines manquantes. Des traces de sang sur certains endroits.


« Je me sens tellement mal. J'ai embrassé Zola. Ca n'était pas un petit bisou innocent, fraternel, amical. J'y avais mis toute mon affection, toute ma peur e le voir partir. Ca ne l'a pas arrêté. Je crois que je suis malade.
Le pire dans tout ça, ce n'est pas d'avoir éprouvé ce genre de sentiments pour lui. C'est la première fois que ça m'arrive, il faut que je travaille là-dessus. Le pire, c'est qu'il n'a pas rendu ce baiser. Qu'il m'a laissé. Qu'il m'a plaqué pour cette saloperie de Faë.
J'ai tellement mal. »


Feuille volante brûlée quelques jours plus tard.


La cicatrice sur le dos de la main d'Arthur Dubois ne s'est pas faite en un jour. Littéralement, il lui a fallu deux jours distincts pour s'enfoncer dans sa chair, c'est bien pour cela qu'elle n'est pas tout à fait droite comme une cicatrice plus ordinaire.
La première partie remonte au jour un peu lointain où il s'est disputé avec une petite-amie. Ils ont rompu deux semaines plus tard, mais elle aurait du partir bien avant. Voici par quels mots-clés un individu, maniaque, obsessionnel mais bien organisé pourrait retrouver ce chapitre de la vie d'Arthur Dubois : couple chancelant, dispute conjugale, sortie entre amis, dispute, placard, pleurs des deux côtés de la porte. L'épisode n'est heureux pour aucun d'eux, chacun se souvient de l'impression qu'il a eu que cette relation était un échec, une erreur. Après avoir passé un certain temps dans des manifestations pour la reconnaissance des droits des victimes de violences conjugales et de maltraitance, l'immigré français a eu bien du mal à comprendre qu'il se trouvait de l'autre côté de la barrière, celui des agresseurs. Aucune plainte n'a jamais été posée à ce sujet, confirmant l'impression qu'il avait lorsqu'il était du côté des justes : il n'y a pas de justice.
La jeune femme est partie se réfugier chez une amie, qu'il a pris le soin de contacter alors que sa victime était encore sous le choc et que sa main, à lui, pissait le sang. Il avait dévié le coup qu'il lui destinait au dernier moment. La plaie était allée jusqu'à l'os, mais il n'avait pas vraiment compris de quoi il s'agissait jusqu'à l'arrivée de cette amie commune qui avait soudain eu un visage très grave. Plus tard dans la soirée, Zola était arrivé, après avoir laissé passé un nombre de sonneries trop long sur son téléphone portable.
La seconde partie de la cicatrice est dûe au jumeau dont nous venons de parler. Là encore, les faits apparaissent particulièrement flous à Arthur, mais pas les émotions qu'il a pu ressentir. La crainte de perdre Zola qui étreint et l'a poussé à faire toutes les promesses possibles et imaginables. Le moment où il a pris son visage entre ses mains pour l'embrasser, et vous voyez le genre de baiser dont il est question. Pas le genre fraternel, le genre passionné. Mû par la peur de le voir s'éloigner, par de la jalousie, ou peut-être des désirs qui avaient attendu patiemment de se manifester. Peut-être qu'après tant d'années parcourues de longs contacts physiques, Zola avait déposé cette petite bombe à retardement dans l'inconscient d'Arthur. Et cette explosion ne L'avait pas affecté, Zola était parti au bras de grand type auquel il trouvait un charme fou. Un charme inhumain, à juste titre.
Lorsqu'il avait repris le cours de ses pensées, Arthur était de retour dans l'endroit où il se sentait le plus en sécurité, groggy mais encore lucide. Zola l'avait plaqué. Sa main et ses veines pissaient le sang, mais il laissait ça en flou artistique, dans l'autre partie de sa conscience, celle qui gérait les émotions aussi dures à encaisser. Un instinct qui ne se réveillait que lorsqu'il n'était plus en mesure de faire les choix intuitifs dont il avait besoin. Comme tous les artistes, Arthur Dubois ne réfléchit pas. La majeure partie du temps, il laisse ce qu'il lui arrive dans les mains de son Intuition. Lors des situations de crise, c'est son Instinct qui fait le sale boulot. Mécanique en trois étapes, Freud vous en parlerait sûrement mieux.
L'intuition d'Arthur avait contacté Rafael, qui n'avait pas été fichu de répondre. L'intuition d'Arthur l'avait poussé à éponger le sang, changer de vêtements et se précipiter dans un bar. Là-bas, l'intution d'Arthur n'avait eu qu'à le laisser passer du temps en compagnie d'une charmante femme qui s'était emparée d'un carnet et n'était – merci à l'Instinct qui l'avait laissé à la maison – pas tombée sur cette série de notes. Arthur était sorti avec l'homme qui lui courrait après depuis quelques mois, certain qu'il tenait là l'occasion parfaite de vérifier si tous ses échecs sentimentaux étaient à imputer au fait qu'il aimait les hommes mais ne s'était jamais rendu compte.
Ce n'était pas le cas. Tous ces échecs n'étaient arrivés que parce qu'il était un connard avec quelques problèmes relationnels et une obsession inquiétante pour le surnaturel. Parce que les créatures de l'Outre-monde existent.

Bien sûr, je ne pourrai pas vous certifier que l'histoire d'Arthur Dubois racontée par Arthur Dubois est vraie. Il faut comprendre deux équations très simples auxquelles son frère, Zola, ne manquerait pas d'avoir des réponses :

  1. Peut-on vraiment faire confiance à un écrivain ?
  2. Peut-on tout simplement faire confiance à quelqu'un persuadé que les loups-garous, fées (faës), side-sheers, mages et démons existent ?
    Sans compter le fait qu'il s'agit, assurément, d'un vilain coco.



Pages tapées à l'ordinateur, rangées dans un dossier « autofiction ».



Dernière édition par Arthur Dubois le Mer 17 Juil 2013 - 21:07, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 16:40

Bienvenue parmi nous Smile bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 16:44

Bienvenue cocotte :p contente que tu sois arrivée sur le forum <3 !!! Je cogite déjà pour un lien entre nos deux persos Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 16:53

Bienvenue bienvenue et bon courage pour ta rédac magic 

Un autre membre du feannag houra on est bien trop envahit d'outres par ici :brill: Tu me réserve un lien please?
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 17:12

J'ai tellement hâte de lire cette fiche, l'histoire avec son frère m'a vendu du rêve thud Bienvenue hehe
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 21:03

:brill: :porno: hug Je suis contente que tu sois là. Je vais te chercher un cookie de ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 21:57

Un Arthur... Bienvenue et comme je suis joie et amour depuis que j'ai vu ton inscription :

Spoiler:
 



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 22:08

Ah, ça fait plaisir de voir que je n'étais pas la seule à trouver ce pv génial ! Ca met presque la pression pour la suite de la fiche, mais c'est chouette.

Merci pour cet accueil tout mignon ! I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 22:11

En écrivant le pv, j'avais vraiment peur que le côté incestueux choque et qu'ils ne soient jamais pris. Mais en fait non. Donc merci de l'avoir choisis ^^

Mais non pas de pression voyons perv 



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 22:36

J'ai l'impression que c'est le truc récurrent avec les paires de jumeaux en prédéfinis !
Mais du coup, puisque j'ai la créatrice sous la main (enfin, pas littéralement. Faut avouer que ça ne serait pratique pour personne), tu voyais ça comment ? Parce que j'imagine que bon, ils sont plutôt tactiles (dans mon idée, Arthur ne s'embarrasse des concepts "intimité" "pudeur" ou "propriété personnelle" que lorsque ça le concerne) et roucoulent un peu comme un vieux couple, mais en dehors du bisou / de la pelle pour retenir sans succès Zola, y a eu autre chose ?
J'ignore si ma question est bien claire, et du coup je me dis qu'on peut aussi en parler par mp si tu as le temps ? Comment on ne sera pas dans une sorte de flood et si je formule trèèèès mal ma pensée, ça sera vu par moins de monde ! :brill:
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 23:21

Bienvenue ici =D
Lisa te répondra mieux que moi quand à la nature exacte de la relation entre les deux, je lui laisserai le soin de te répondre =)


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
Abaigeal MacLean
i believe that after we're gone
the spirit carries on ƒ 4

avatari believe that after we're gonethe spirit carries on ƒ 4




Pseudonyme : ruines. (clarisse)
En ville depuis le : 22/12/2012
Nombre d'insultes postées : 83
Crédits : mattress hole.
Âge du personnage : 34 ans, 284 ans en réalité.
Métier : historienne.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Ethique et Morale
Statut : Indiquez le statut, le rang, de votre personnage au sein de sa race/ Pour les sorciers, indiquez si vous êtes mage, médium ou nécromancien(ne)
Capacités et inventaire :

MessageMar 16 Juil 2013 - 9:10

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMer 17 Juil 2013 - 21:35

Merci pour la bienvenue, vous deux ! I love you 
Après moult éditions, cette fiche est terminée ! Je m'en vais de ce pas le signaler sur le topic approprié parce que j'ai très envie de jouer tout plein et d'embêter tous les autres personnages. :angel2: 
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageJeu 18 Juil 2013 - 6:13

Bienvenue sherlock 
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 21 Juil 2013 - 13:09

- Alors, ton Arthur a un côté doux qui n'est pas dans le pv. On l'imaginais bien plus dur et sacrément égoïste. Dans notre esprit, jamais il n'aurait participer à des manifestation pour soutenir une cause ou autre. Jamais il n'a cette envie d'aider et de tendre la main, trop d'effort. Il se préoccupe uniquement de sa petite personne et de son frère, rare sont les exceptions. Et il se fiche bien de faire du mal. C'est plutôt le truc de Zola tout ça...

Mais c'est marrant parce que ce que je vient d'écrire apparaît très bien dans tes anecdotes. C'est juste certaines choses que tu as marqué en manies/habitudes tout ça, tout ça.

Mais bon, de toute manière on ne va pas empêcher ta validation pour cela. C'est ton personnage c'est bien que tu te l'approprie ^^

- Les jumeaux sont tous les deux bisexuels d'où cette phrase " Ils échangeaient leur identité, se prêtaient leur petit(e)s ami(e)s. " Si tu veux, Arthur est plus femmes et Zola plus hommes. C'est bizarre de dire ça mais bon

Voilà, sinon, je te rassure on aime bien ta fiche. Très agréable à lire, le style est super et correspond au personnage. J'adore la toute fin touffi love 

Et je vais encore être chiante : " fées (faës) "
Ha ben non, il y a les Fées ET les Faës. Pas la même chose !



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageDim 21 Juil 2013 - 19:15

Hum, c'est plus venu pendant l'écriture de la fiche, tout ça ! Ca me semblait intéressant d'en faire un petit hypocrite qui s'estime tolérant (mais seulement si on répond à certaines conditions fixées par sa petite personne). Peut-être qu'en fait, ça n'aura pas grand impact en rp (ou alors juste en guise de mauvaise foi). C'est difficile de déterminer ça (même si bon, le fait que ça se voit plus dans les anecdotes rédigées avant est un peu révélateur). De toute façon, je me dis que je vais m'incruster un peu dans ta boîte de mp pour voir (du coup ce message est une sorte de préavis d'invasion de boite à mp arrow ).I love you
Très juste pour les conquêtes passées, j'avais pas prêté très attention à la formulation. Je pense que je vais éditer ça : c'est pas un grand changement dans la vision du personnage et ça ouvrira des opportunités pour des liens marrants. Si si. mdr 

PS : "on s'en fiche, c'est surnaturel donc ça craint."

Bref, merci pour la jolie couleur de validation !
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageDim 21 Juil 2013 - 19:23

On aime chipoter I love you Mais oui après tu t'en bien approprié le perso Wink
J'ai beaucoup aimé la construction de ta fiche, lire des extraits de ses carnets c'est une bonne idée et hyper révélateur. Puis tu écris bien <3


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 21 Juil 2013 - 19:28

J'ai répondu à ton mp ! Et oui je passe toujours une deuxième fois car j'aime bien que l'on me réponde après validation (question de politesse tu comprends ? Cool arrow) Mais je suis d'accord avec Maëva ^^



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Arthur - You gonna hear my voice when I shout it out loud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
» (winnie) and you're gonna hear me roar.
» You're Gonna Hear Me Roar
» 04. You're gonna hear us roar
» Un article pour le Roi Arthur !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: anciennes fiches-