Partagez | 
 

 Fighting for peace is like screwing for virginity ◥ Delbáeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 2:25


←  Delbáeth, soeur d'Aoibheal
To say you have no choice is to relieve yourself of responsibility
âge
Adulte
appartenance
Seelie
orientation
Neutre ; Bon
niveau
Trois




∫ funeral of hearts and a plea for mercy

PRÉNOMDelbáeth, soeur d'Aoibheal, Intendante au trône de Light Castle, et Princesse de Faery. C'est de cette phrase d'usage, qu'elle se présente désormais, la voix colorée, non sans raison, d'un ton maussade. L'ironie veut que dans la mythologie Irlandaise, Delbáeth est le prénom d'un roi suprême d'Irlande, dérision acide et malvenue, lorsque l'on découvre à quel point la souveraine vie ne lui sied guère. Ce parallélisme est prétexte aux railleries de ses nombreux réfractaires, qui s'insurgent de sa présence au pouvoir, bien qu'elle en soit l'héritière légitime  SEXUALITÉ Faë joueuse, pimpante et taquine, le sexe a été le noyau de son existence avant que la guerre ne la propulse à la tête d'un royaume. Pleine de curiosité et de ressources, la princesse s'est complue dans la dépravation la plus littérale, au grand dam des règles et de la prudence. Que ce soit des hommes, des femmes, des jeunes ou des vieux, aussi bien à 2, qu'à 3, les goûts et le désir de la Princesse semblent sans bornes, ce qui lui a valu les divers courroux et reproches de son aînée. Volage et enjôleuse, les récentes responsabilités qui lui sont affublées l'enchaînent dans une attitude qui entrave désormais ses instincts les plus primaires. RANG Son rang est sans doute aucun l'une des interrogations qui taraude le plus Faery, présentement, et ce depuis la volatilisation d'Aoibheal. De lignée royale, elle s'est développée dans le détachement le plus parfait. Fille de roi, soeur de reine, rien ne la prédestinait au trône. Princesse de premier degré, elle se délectait encore des remarques acerbes à son sujet, fustigée comme l'irresponsable cadette de sa majesté. Désormais intendante, et héritière légitime du trône, elle croule sous les arias qu'elle avait négligés toute sa vie. A la tête du Royaume, elle ne nourrit que la simple, et néanmoins virulente, ambition de retrouver son aînée, et de recouvrer la désinvolture qui rythmait son existence. Si toutefois elle subsiste.  ALLÉGEANCE Désormais incarnation même d'une allégeance, qui soulève bien peu de ferveur, elle se définit comme l'intendante, berçant d'illusion toute une race qui n'a d'estime que pour une reine. Son allégeance réelle va envers sa disparue d'aînée, seule à même d'empêcher le royaume de sombrer dans un chaos primal, létal. C'est en sa seule mémoire qu'elle s'est emparée de la couronne, qui lui revenait toutefois de droit, répugnée à l'idée que l'oeuvre de son sang soit souillée par l'investiture d'une dynastie tierce. Mais les tambours rugissent, les plus opportunistes chuchotent. A mesure que s'égrainent les sables du temps, s'effile sa présence sur le trône. On cherche à la révoquer, à l'évincer. Elle se persuade qu'elle n'aura pas la carrure d'une reine, et de faire front à ses assaillants. Mais l'intendance n'est qu'éphémère. Si Aoibheal ne revient pas très vite, il faudra une reine. Et en dépit de son pessimisme affirmé, elle incarne la seule légataire du trône de Faery. PRI-YA Gourmande et précieuse, le brasier de ses reins n'a de cesse que lorsque son festin est entièrement consommé. Cette tendance à l'abondance, jumelée à sa curiosité insatiable l'ont jadis poussées à diversifier ses proies et victimes, purgeant jusqu'au dernier souffle de chacune. Dissidente, farouche, elle s'est par ailleurs permise de nombreuses entorses, profanant le traité que sa reine  s'évertuait à faire respecter pour l'avenir des siens. Désormais intendante, menottée aux lourdes responsabilités qui incombent à son rang, elle sait que les pri-ya demeurent le dernier moyen sûr de s'offrir encore quelques délices. Bordélique, peu soigneuse, et débordée ils finissent souvent par mourir de désespoir, délaissés. Actuellement, elle n'en a donc pas. OCCUPATION Les siècles qu'elle passait au milieu des humains lui arrachent désormais une lancinante nostalgie. Tenant de sa main tremblante un royaume tout aussi bancal, elle ne peut guère substituer le trône plus de quelques instants, sous peine d'y trouver un autre installé à son retour. Son occupation ? Elle est faite de menaces, de conspirations, toutes aussi muettes qu'elle est aveugle. Elle affronte les fantômes de la cour, les serpents qui sifflent à ses oreilles, sombrant davantage dans une humeur terne et pâle, désespérant du retour de sa soeur, mais animée de la volonté de réussir à faire tenir l'instance vacillante le temps qu'il faudra. Redoutant de devenir reine, sa principale occupation devrait être de se battre contre ce cruel complexe d'infériorité qui teinte ses timides directives, et qui représente peut-être la seule entrave à ce qu'elle devienne une vraie souveraine. TRAITS DE CARACTÈRE Cristallisation de la fraîcheur et de la légèreté, Delbáeth s'est toujours targuée d'une insouciance incorrigible. Désinvolte par nature, cette caractéristique contraste pourtant avec un lancinant manque de confiance en elle. Elevée dans l'ombre d'une aînée parfaite, elle en a développée un austère complexe d'infériorité, en ce sens très pessimiste, ce défaut la traque plus que jamais alors qu'elle se retrouve propulsée sur le trône. Gâtée comme la princesse qu'elle était, elle garde une tendance à la gourmandise, capricieuse, lorsqu'elle veut quelque chose, elle le prend, en dépit des règles, pour lesquelles elle a toujours eu un profond mépris. Pleine de vie et de ressource, Delba est une Faë à l'accoutumée imprévisible, capable à la fois du meilleur comme du pire. Un esprit surprenant toutefois bridé par ce défaitisme susnommé. Enfin, nous retiendront que l'intendante est une femme attachante aussi délicate, que facétieuse. Opposée à toutes notions de conflit, ou d'adversité. Sa condition actuelle lui impose un véritable supplice. 

∫ the road to darkness is a journey


De Faery et de ses landes éblouissantes, se soulevaient toujours des hoquets de stupeur, quand, en de rare temps, la pluie et le soleil alignaient leurs symphonies. A cet instant, aussi éphémère que la première clameur d’un oisillon, et où que l’on soit dans le royaume, on pouvait voir le plus beau spectacle qui soit, dans ce monde ou dans un autre. Light Castle n’avait jamais mieux porté son nom, alors que les gouttes ruisselaient en cascade sur ses plinthes émeraudes, ainsi que sur les feuilles pâles de ses arbres blancs. Débutait alors le ballet incandescent du palais de la reine, lorsque le soleil venait à se refléter sur ces cristaux céladons. Le château resplendissait de faisceaux béryls qui paraissaient percer les nuages, et s’élever là où personne n’iraient les suivre. C’est de ce théâtre radieux que Light Castle avait tiré son nom, et sa légende, connu comme le second soleil de Faery.
A l’accoutumée sublimée par cette cristallisation imperfectible de merveille, elle ne s’égarait désormais plus dans aucune contemplation, déambulant dans les jardins argentés du palais, la mine insipide. Jadis paradis, porteurs de quiétude, de sérénité et d’apaisement,  ils s’affichaient dorénavant ternis par le voile maussade qui floutait sa vision pessimiste de l’avenir. Elle sentait ses veines se faire de glace, menacée par une ombre qui la hantait où qu’elle aille. Son destin branlant s’acheminait lentement vers une inconnue qu’elle pressentait de plus en plus bilieuse. Envolés, les ébats de son esprit, taraudé par la simple quête d’un humain aux coups de bassin langoureux. Disparue ses frugaux arias, qui gravitaient autours de sa simple personne. Dissipée, insouciance juvénile et regrettée. L’inconvenance qui était sienne n’était plus qu’un brumeux mirage de son passé. Car présentement, elle n’était pas différente de la définition d’une entrave, et ce pour bien des velléités. Héritière incapable d’un trône qu’elle refusait elle-même de revendiquer, préférant jouer la montre, et devenant la première intendante de l’histoire de Faery. Ses songes lui arrachèrent une grimace, alors qu’elle vaquait à sa flânerie de l’esprit. Le royaume était d’un calme olympien, presque givré. Dans ce mutisme, elle pensait qu’en tendant l’oreille, elle parviendrait à percevoir les chuchotements et cabales à son encontre. Les chants de sédition la concernant lui étaient rapportés, lui fendant le cœur d’une lame ardente.
Ses doigts pâles et longs se confondirent dans les arbustes opalins du jardin royal, frôlant unes à unes chacune des pétales et épines trempées de la haie. Le torrent avait enfin eu cesse, sans qu’elle ne le remarque, trop oppressée par la tempête ombrageuse qui avait inondé son esprit d’une écume de doute et de complexe.

Ses pas avaient presque terminé d’user le gazon, ployant sous le joug des gouttes d'eau qui faisait courber chacun des brins de l’espace. Amèrement, son esprit s’y jumela. Elle aussi tendait l’échine sous le trop lourd fardeau qu’Aoibheal lui avait légué. Elle aussi s’armait de souplesse, imitait la tortue, s’emprisonnant dans sa carapace afin d’éviter de sombrer. Ce n’était ni vaillance, ni courage. Elle ne cautionnait plus que l'on lui vante ces qualités. Jamais elle n’oserait s’estimer brave de tenir de ses bras tremblants un royaume chancelant, déclinant. Elle se voulait simplement dame protectrice du trône, armée de l’intime conviction que son aînée était encore en vie. Alors elle faisait les sacrifices nécessaires pour préserver la sérénité qu’avait apportée sa reine, sa soeur. Désormais soumises aux règles qu’elle avait perpétuellement profanées, elle était la figure de proue des siens, et son comportement se devait d’être exemplaire. Telle était sa mission d’intendante, sa mission d’héritière.

« Votre altesse. »  L’un de ses cœurs marqua un soubresaut, surprise qu’une telle méditation soit interrompue avec tant d’arrogance. Elle fit volte face, prête à fustiger l’auteur de cette impertinence. Elle se retrouva nez à nez avec un faciès rond, encadré de mèche couleur paille. Elenath, princesse de second degré, autrement nommée cousine.  Une de ses rares partisanes, une de ses uniques alliées. « Je ne suis pas une reine. », lâcha-t-elle, cinglante. Tandis que sa réponse fusait, assassine, ses prunelles affûtées incisèrent l’indisposante Seelie. Le regard de sa vis-à-vis vrilla, puis s’affaissa, battant frénétiquement des paupières, l’échine ployée en guise de regrets. Elle plia très légèrement les genoux, s’inclinant une nouvelle fois outre mesure et intimant sa prise de congé. L’intendante soupira, agacée de ce comportement, de son comportement. Cette attitude courroucé et agressive ne lui correspondait pas. Le trône était un véritable poison, qui lui rongeait les veines, lui pervertissait l’esprit. Elle devenait irritable, angoissée, parfois paranoïaque. Doutant de ses amis, de ses alliés, de sa famille. Elle autrefois si légère, si enjouée. Elle n’était pas même l’ombre de ce qu’elle fut jadis. « Elenáth, pardonne-moi, je te prie. » Son interlocutrice lui tournait d’ores et déjà le dos, et avait reprit sa marche vers Light Castle, lorsque que Delbáeth l’interpella. « Il n’y a rien à pardonner, princesse, je suis la seule fau… » Elle se tut, lorsque l’Adulte lui caressa la joue d’un geste tendre, alors de ses doigts étaient encore ruisselants de l’averse passée. Une délicatesse qu’elle ne réservait autrefois qu’à sa regrettée aînée. « Je crains de me perdre, Elenáth. V’lane et toi êtes les seuls à m’accorder votre sincérité. » Elle marqua une légère pause, qu’elle exprima par un cuisant soupir, tandis qu’elle redirigea ses doigts sur les feuilles laiteuses du vieil arbre dans lequel elle s’était si souvent perché lorsque Light Castle se constellait de mille feux. « Je les entend, les murmures sont à peine audibles, mais le vent se lève. Bientôt, les vils auront eu assez d’ourdir, ils agiront. Que ferons-nous, à cet instant, Elenáth ? Que ferais-je ? ».
Le silence imposa sa tyrannie, tandis que les cousines s’échangèrent un regard d’une pureté désarmante. C’était là, que se cristallisait le réconfort. Guère d’embrassades, d’accolades, mais un regard poignant, puissant.Un regard qu’aucun adjectif ne saurait qualifier, et qu’un mot briserait. Un regard si fragile qu’un bruissement ferait voler en éclat, mais qui suffisait parfois à insuffler tant d’affection et de courage qu’une armée s’en serait dissoute, que le plus bilieux des esprits en serait quiet.

« Que dirais-tu de quelques poignées de temps dans l’autre monde ? Les normes renouvellent leur cadran temporel dans la nuit, cela fait bien une éternité ou deux que je n’ai pas participé aux festivités humaines. Et que je n’ai pas goûté à un Milk Shake. » Son regard se faisait plus malicieux, alors que qu’Elenáth la toisait, les prunelles gorgées d’interrogations. Elle se secoua d’un rire cristallin, devant l’air incrédule et dubitatif de sa cousine. « Quoi, tu n’as jamais participé aux réjouissances humaines ? » Devant son mutisme, elle en conclu que non. Elle lui attrapa la main, joueuse et impatiente. « Es-tu sûr que nous pouvons ? J’ai malencontreusement tué lors de mon dernier transfert, père les restreint désormais ». Delbáeth prit une moue boudeuse, croisa les bras et lâcha tout en hochant la tête de manière faussement peinée « Cruellement fragiles, ces normes ». Puis sans attendre elle tira sa cousine par le bras et l’entraîna le pas sautillant, et trépignant d'impatience.

Elle s’offrait une lucarne de vie, et de souffle.

Les pieds ballants, ils brassaient la légère alizée qui s’était levée avec le crépuscule. Les dernières gerbes de soleil luttaient avant leur irrévocable extinction. Les cieux se teintaient d’étincelles purpurines, alors qu’à l’horizon, la reddition du soleil offrait la vision d’un vague vermeil qui semblait tout droit fondre sur Light Castle. Il n’existait pas d’aussi splendide théâtre que Faery songea-t-elle. Aussi loin que remontaient les floues méandres de son passé, bridées par le Chaudron de clarté, elle s’était toujours plantée sur la plus haute branche, du plus haut chêne blanc du jardin des lumières, ses perles d’iris absorbées par l’horizon, et sa crinière pâle entraîné en une folle valse avec la brise taquine. Plus que jamais, elle s’échappait de son quotidien, puisant ses ressources dans les racines de ses landes natales. Et lorsque que l’étau lui tordait les entrailles, et que l’angoisse lui faisait souffle court, elle se perdait au loin, constatant qu’un tel spectacle se devait d’être protégé. En cet instant, personne d’autre ne le pouvait, sinon elle. Si le trône lui était dérobé, les Faës redeviendraient une nation guerrière. Les Unseelies y verraient une aubaine. L’effroi d'un tel monde se drapant d’un voile ténébreux lui insufflait une volonté renouvelée, mais le sentier était davantage pentu, relativement plus sinueux. Elle ne pouvait empêcher ce frisson de doute lui parcourir l’échine.

Aoibheal se tenait soudainement à ses flancs, fruit d’une illusion, d’un souvenir réanimé par un besoin lancinant de réconfort. L’intendante se souvenait de cet instant, l’une des premières souvenances qu’elle gardait, et qui survivait au pouvoir du Chaudron. « Delbáeth, qu’est-ce qui fait de moi une reine ? » Elle avait l’air si réelle, dans ses expressions, dans le timbre de sa voix. L’intendante mourrait d’envie de ressentir le contact de sa peau, de se nourrir de l’assurance inébranlable de son aînée, mais elle savait qu’un murmure suffisait à la faire disparaître. « Ce n’est ni notre sang, ni notre ascendance, petite sœur. C’est cette terre, et ce ciel. Nos cœurs, et ceux des nos sujets. » La cadette regardait le mirage de sa sœur, d’une manière identique à autrefois. Le faciès ridé par une expression de stupeur et d’admiration.  « Tant qu’il restera une feuille sur une branche d’un des arbres du verger, il faudrait se battre pour elle. » Puis elle s’évapora, comme emportée par le courant du vent, ne laissant que sa sœur, la main tendue dans le vide. « Votre grâce » souffla-t-elle, alors que ses palabres lui faisaient encore écho, rebondissant inlassablement dans son esprit. Au creux de sa paume se tenait désormais une feuille, scintillante comme le nacre, tremblante et malmenée par la brise qui soufflait davantage. Elle leva les yeux, pointant de ses prunelles les plus hautes cimes du jardin. « Les feuilles tombent votre altesse, non sans raison, et vous n’êtes plus là pour les protéger. » Elle se laissa glisser de sa branche, retombant pleine de grâce, en une courbure semblable à un salut. Le soleil s’était à présent entièrement terré dans le sol, l’isolant dans une nuit avenante.
« Pardonnez-moi, ma reine. Pardonnez mon attitude effrontée et mon irrévérence. Graciez-moi des maux que je vous ai causés, de l’aria que j’ai été. C’est en votre absence, que je réalise à quel point vous m’étiez indispensable. »

Elle reprit sa marche vers son palais, son trône. Les récents évènements n’étaient qu’une genèse, alors que l’agitation battait comme un concert sempiternel, elle avait l’intime conviction que l’issue de cette guerre contre les Unseelies n’était pas encore actée. Et qu’elle y jouait désormais un rôle primordial.
Devant les colossales tours de Light Castle, elle murmura une dernière pensée destinée à son aînée. « Tu me manques, Aoibheal. » avant de s’engouffrer dans l’enceinte.


∫ when you came in, the air went out


Delbáeth porte une affection toute particulière aux Ecossais en kilts. Addiction inexpliquée, qui a la vie dure. Les Ecossais traditionnels dorénavant plus rares, elle semble désormais se rabattre sur les jupes, faute de mieux    Les jours de fêtes, vous la retrouverez sans doute pleine d’ivresse, faisant la fête avec les humains. Elle a une bien étrange doctrine, qui consiste à ne pas se nourrir ces jours-ci    Elle est singulièrement fière de son apparence ‘humaine’, ce teint hâlé, cette crinière d’ébène. Un contraste drastique avec ses attributs Faës. Ce changement lui plait. Elle aime particulièrement se regarder nue, sous cette forme    Elle raffole des Milk Shake à la fraise. La plus belle invention de l’humanité, selon elle    Contrairement à la majeure partie des siens, elle n’a aucune animosité envers les autres espèces. Ils sont simplement inférieurs    Le Jardin des Lumières, qui encercle Light Castle, est un lieu qui lui est cher. Elle ne conçoit pas une journée sans y dépenser quelques heures. Cela l’apaise énormément    Ne sait absolument pas mentir. Trop expressive, elle ne peut pas, ne sait pas, faire semblant. Un défaut qui la gêne relativement dans sa gouvernance    Tactile et délicate, elle est pleine de geste de douceur, et aime les contacts tendres avec ses proches    C’est une véritable tornade, vive, active et réactive. Elle s’ennuie rapidement, et a très vite besoin d’occuper ses mains avec un ustensile ou un autre    Souffre d’un sévère complexe d’infériorité, qui la pousse à croire qu’elle n’est capable de rien réussir. Ce manque cuisant de confiance trouve sa source en Aoibheal, à laquelle elle s’est toujours éperdument raccrochée. Sa montée sur le trône la met, en ce sens, au supplice, mais lui apporte énormément en maturité    Est convaincue que sa sœur est en vie, et se cache quelque part. Elle affirme que si sa sœur était morte, elle le sentirait. Toutefois, elle n’explique pas l’absence de son aînée. Elle commence à nourrir une certaine rancune à son égard. Rancune justifiée par un lancinant sentiment d’abandon    Aime les endroits hauts perchés, et les paysages magnifiques. Elle s’est jurée qu’au retour qu’Aoibheal, elle disparaîtrait quelques temps afin d’admirer les plus beaux paysages des divers mondes    Elle est vieille d’environ 37000 années humaines    Le principe de la télévision l'amuse franchement, il n'est pas rare de la voir rire aux éclats devant de 'si petits humains'     Ne ressent absolument pas l’envie de se trouver un partenaire, et d’enfanter. Elle préfère de loin consommer sa vie    Elle est l’héritière directe du trône de Faery, en tant que cadette de la reine. Si Aoibheal venait à être considérée morte, elle serait proclamée Reine de Lumière, du moins dans les écrits    Elle est irrémédiablement attiré par tout ce qui brille, elle use régulièrement ses facultés de Faë pour se faire offrir ou dérober des bijoux    Est littéralement incapable de garder un pri-ya. Toutes ses tentatives sont des échecs lamentables. Elle est d’une personnalité relativement peu soigneuse    Elle a énormément du mal à se soumettre à une quelconque autorité, s’estimant libre, elle n’écoute qu’elle et fait ce qu’elle veut, quand elle veut. Elle se voit toutefois soumise à nettement plus de contraintes désormais qu’elle est intendante    Elle a déjà sérieusement songé à emporter un lycanthrope à Faery afin d’en faire son animal de compagnie. Une idée totalement absurde à laquelle elle s’est toutefois accrochée quelques temps. Une énième lubie.

∫ let's play the blame game

PSEUDO Kaya AGE 21 balais, et toutes ses franges AVATAR Freida I love you Pinto GROUPE Faës  CODE DU RÈGLEMENT Il n'y en a guère, pas folle la vieille guêpe a qui on apprend à faire la grimace :mouah:  CRÉDITS Citation : ©️Patrick Ness - Gifs : ©️Sulky & ©️Coffee, from Bazzart - Bannière : ©️fuckyeahfreidapinto, from Tumblr AUTRE Ce forum va devenir une référence. Radieux tant sur le plan esthétique que contextuel, un énorme bravo. party 

Code:
[color=crimson][b]Freida Pinto[/b] • Delbáeth[/color]


Dernière édition par Delbáeth le Mer 17 Juil 2013 - 16:10, édité 48 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Coghlan
I do not find my place in the darkness + flesh and blood

avatarI do not find my place in the darkness + flesh and blood




Pseudonyme : GURGI #justine
En ville depuis le : 08/07/2013
Nombre d'insultes postées : 100
Crédits : HOLLOW BASTION
Célébrité : EDDIE REDMAYNE
Âge du personnage : ENTRE 7 000 ANS ET 10 000 ANS
Métier : LES OREILLES DU ROYAUME OFFICIEUSEMENT, DOMESTIQUE ATTITRÉ DU PRINCE V'LANE.
Identité : GULLIVER SIMMONS


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : LOYAL BON
Statut : BASSE-CASTE
Capacités et inventaire :

MessageSam 13 Juil 2013 - 9:19

PRINCESSE puppy bienvenue !
(j'espère que tu n'avais pas besoin d'un autre post, sinon dis le moi ! I love you)



les ogres c’est comme les oignons
Excusez-moi ma belle de vous cueillir de si bon matin, mais c’est moi le plus cueilli des deux. — Dis donc toi, faudrait peut-être que t’investisses dans les cachous parce que t’as une haleine de chiottes !

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 10:38

Haaaaaaaaaaan mon deuxième coup de coeur, j'ai failli la prendre :brill: 

Très bon choix de personnage, bonne chance pour ta fiche

Et bienvenuuuuuuuue hug 
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 11:04

Bienvenue parmi nous mdr 
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 11:06

Bienvenuuuuuuue <3
(déjà dit sur la CB, mais bon, faisons ça de façon officielle, quoi)
Et on va pouvoir se foutre sur la gueule aussi, si on se croise *gigote d'impatience*
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 11:22

V'laneee perv Mon ami, mon seul ami... Qui n'est même pas franc. :brill: 
T'tracasse pas pour le poste, je ferais tout en un. mdr 
Merciii hehe 

Adra' :brill: MERCI ! ♥️
OUIIII. nyeh J'en suis dingue.
Je suis pas là du week-end, t'imagine même pas la trouille que j'ai qu'on me la pique thud 

Aphrodite hehe - quiportebiensonnom -
Merciiii clap 

Gueuse. :mouah:
Il va falloir qu'on s'organise un round, wsh ! Que j'arrache un peu de ta tignasse blonde ! hehe 
Merci darling I love you
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 11:49

Delba *-* ; Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 12:46

Bienvenue bienvenue bon courage pour la rédac de ta fifiche magic 

Oh j'adore ce vava :brill: 
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageSam 13 Juil 2013 - 14:28

Bienvenue ici Kaya ! =)
Bon courage pour ta fiche. Smile J'ai vu tes questions mais j’attends ma collègue pour te répondre complètement car c'est elle qui est l'experte en Faë. XD


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 14:37

Magnifique choix, mais je vais devoir te haïr, comme c'est dommage :siffle:
Bienvenue hehe
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 16:11

Bienvenue ! On voit pas souvent cet avatar donc bon choix Wink ! Bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 18:18

EVE. :brill: 
J'aime beaucoup ton pseudo heartt 
Merciii !

Kath' De Luca
- ça me fait tellement penser à Kate De Luna ; Whine Up ! drunk -
Euké, j'ai des références douteuses touffi 
Merci beaaaucoup I love you 

Ez' hehe
Merci bieeen ! Puis pas de soucis pour les questions, je ne suis pas aux pièces. Et je ne pourrais pas avancer ma fiche avant Lundi, dooonc. Prenez votre temps, vraiment I love you 

Cermait :mouah: 
Mads est tellement LE choix parfait pour le rôle, c'est dingue. thud 
Merciii; Au plaisir de te croiser, mon viscéral opposé hehe

LEOOO.
Que dire de TON avatar, si tu trouves Freida déjà peu commune. thud 
Merci beaucoup, l'ancêtre. :siffle:
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 14 Juil 2013 - 18:26

Bienvenue sur le forum !
Ce serait bien de remplir la dernière partie par contre.



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 2:21


Merci Steppe :brill: 
C'est fait, autant pour moi. nyeh 
Revenir en haut Aller en bas
Abaigeal MacLean
i believe that after we're gone
the spirit carries on ƒ 4

avatari believe that after we're gonethe spirit carries on ƒ 4




Pseudonyme : ruines. (clarisse)
En ville depuis le : 22/12/2012
Nombre d'insultes postées : 83
Crédits : mattress hole.
Âge du personnage : 34 ans, 284 ans en réalité.
Métier : historienne.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Ethique et Morale
Statut : Indiquez le statut, le rang, de votre personnage au sein de sa race/ Pour les sorciers, indiquez si vous êtes mage, médium ou nécromancien(ne)
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 8:42

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 16 Juil 2013 - 17:39

Merci Aba' :brill: - Danciiiing Queen - ♪.

JE PENSE AVOIR TERMINEEEEEE. :brill: evil 
Aluurs. Je me suis permise de faire des descriptions de Light Castle et de son jardin. Après, c'est accessoire, mais je préfère le préciser. :brill: 
+ Elenáth, présente dans ma fiche est présentée comme une princesse. Je sais que les places sont limitées, c'est donc provisoire le temps qu'une éventuelle princesse s'inscrive et que je lui propose un lien du style. hehe 

Voilouuu. J'espère que ça vous conviendra. J'ai, quoi qu'il en soit, prit beaucoup de plaisir à rédiger ma fiche. Merci d'avance ♥️. :thx: 
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageDim 21 Juil 2013 - 12:31

Pfiouuu Kaya ! :brill: heartt ta fiche est sublime, c'est une parfaite Delbaeth que tu nous a fait là. On te valide avec grand plaisir !
Si tu t'ennuies, on a encore les descriptions de Faery à écrire xd Tu le fais tellement bien ^^



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 22 Juil 2013 - 11:34


Merci beaucouuuup :brill:
Ravie que ça vous plaise, je craignais de ne pas gérer le personnage, ou de me planter sur l'univers peur 
Je serais ravie de de vous apporter mon l'aide pour les descriptions, ouaaaais clap clap Faëry m'inspire tellement. :brill:
Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Fighting for peace is like screwing for virginity ◥ Delbáeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) Nick Bateman ⍢ I'm still fighting for peace
» Peace and Love, mon frère [qui veut]
» Elias Nirvana Blackburn ◄ Peace of dream
» Peace, man !
» PEACE OF MIND ► SOA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: anciennes fiches-