Partagez | 
 

 this isn't going to be some freaky pagan sex thing, is it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 13:06


← Faye Finnigan
YOU CAN'T JUMP OF A CLIFF IF YOU'VE ALREADY FALLEN OFF A BIGGER ONE
âge
23 ans
origine
écossaise
camp
pri-ya
orientation
chaotique mauvais
niveau
2




∫ funeral of hearts and a plea for mercy

NOM ET PRÉNOM(S) née FINNIGAN, la jeune femme a la chance d'avoir pu grandir eu sein d'un cocon protecteur,  une monde de belles choses et à l'abri du besoin. quant à son prénom, FAYE tire son étymologie de l'anglais et signifie "digne de confiance" ou encore "fidèle" DATE ET LIEU DE NAISSANCE elle est née le SEIZE MAI MILLE NEUF CENT QUATREVE-VINGT-DIX, et a passé toute sa vie à IVERNESS SEXUALITÉ faye a longtemps pensé être hétérosexuelle ayant longtemps évolué dans un monde où les histoires d'amour sont résolument réservées aux couples composés d'un homme et d'une femme. mais depuis que son chemin a croisé celui d'étain, la jeune femme est BISEXUELLE, et aujourd'hui sans doute D'AVANTAGE TOURNEE VERS LES FEMMES QUE LES HOMMES COMMENCEMENT faye a EU CONNAISSANCE DE L'EXISTENCE DES OUTRES A L'ÂGE DE VINGT ANS et à de ce temps voué une fascination sans bornes à ces créatures qu'elle considérait plus merveilleuses que dangereuses. elle a d'ailleurs sans cesse cherché leur contact, jusqu'à finalement SUCCOMBER A UNE FAËS PRENOMMEE ETAIN, et dont elle n'arrive plus à se détacher. dans un état de dépendance déjà avancé, faye souffre de jour en jour sans pourtant pouvoir une seconde concevoir la vie sans elle MÉTIER faye semblait FAITE POUR UNE BRILLANTE CARRIERE DE DANSEUSE ETOILE ; malheureusement déclarée inapte à passer une audition capitale à l'âge de dix-sept ans, faye a depuis ENCHAINE LES BOULOTS DE SECRETAIRE sans jamais pouvoir en garder un seul plus de deux mois. elle vient cependant tout juste de commencer en tant que DANSEUSE AU CAROUSSEL, ce qui est à la fois un plaisir mais aussi une torture pour elle TRAITS DE CARACTÈRE faye est un être humain ; par conséquent, elle est SENSIBLEDEPENSIERE ▷  POSSESSIVE ▷  EMOTIVE ▷  BORDELIQUE ▷  AUTODESTRUCTRICE


∫ the road to darkness is a journey




PART ONE it was PERFECT

« Port de brasRelevé, demi pointeDégagé à la secondeet fermé ! » Dans le grand studio de danse, la voix trainante avait quelque chose de d’irréel, presque divin. Pleine, grave et douce, elle accaparait tout l’espace, résonnait contre le parquet lustré pour remonter le long des murs recouverts de grands miroirs et monter jusqu’aux fenêtres desquelles s’échappaient les notes du piano forte. Aussi dominante que maternelle, elle guidait les gestes des quinze danseurs alignés l’un derrière l’autre, une main posée sur la grande barre, chaque muscle tendu par l’effort. La clarté de la pièce, renforcée par leurs tenues pastel, renvoyait une image apaisante et chic à mille lieux du triste paysage pluvieux du dehors. Cocon de travail et de grâce, les quatre heures d’entrainement journalier revêtaient quelque chose de merveilleux et douloureux à la fois, mais sans doute ce qui donnait tout son charme à l’art de la danse ! « Mesdemoiselles et Messieurs, arrêtez s’il vous plait ! » Le piano se tut, les mouvements furent suspendus et en quelques secondes, elle devint leur centre de gravitation. Chignon serré, un ample châle recouvrant une taille de sylphide, Irina Kralova venait de se lever de son fauteuil légèrement surélevé. Appuyée sur sa canne, son regard perçant balayait le bataillon de ses élèves, les lèvres carmin légèrement pincées. Certains mordaient la langue, d’autre des petits coups de chausson pour s’empêcher d’y penser  et pourtant : celle qu’ils appelaient tous "Madame" - à la française – donnait vraiment toujours l’impression d’avoir mordu dans un citron. Mais ils se gardaient bien de se moquer ; grande étoile de l’Opéra Garnier, elle avait fait le choix de se retirer du feu des projecteurs pour une vie paisible outre-manche. L’ouverture de son école de danse sur les hauteurs de la ville avait surpris puis récolté des gloussements d’incompréhension ;  mais très vite, on fut obligé de lui accorder un crédit de respect. Ses danseurs n’apprenaient pas seulement à faire des pirouettes et des ronds de jambes ; des manières raffinées, le "savoir vivre très Paris" et une discipline qui animait les élèves même en dehors de ses cours. Elle n’était pas sans faire peur avec son physique grave, ses gestes raides. Mais ils l’aimaient. Et tous voulaient lui plaire. « Faye ! » Un grondement sourd s’éleva parmi les danseurs. On échangeait des regards entendus, alors que d'autres restaient les yeux rivés au sol. A part quelques sourires, les des mines étaient fermées. Des rangs sortit une jeune fille blonde, grande et mince, dont la tenue semblait peinte sur son corps. « Montre moi : tendu, cinquième ! Tendu, cinquième ! » En silence, sans piano, elle exécuta les mouvements. « Maestro, musique s’il vous plait. » Même numéro, cette fois-ci accompagné. Il était évident que la jeune fille dansait avec un certain plaisir, presque une gourmandise. Sans toutefois afficher de sourire excessif ou se laisser emporter. Une fois fini, "Madame" se contenta d’un signe de tête, et la jeune fille regagna les rands. Deux secondes de silence s’écoulèrent. « Nous reprenons : port de bras…! » Tous se précipitèrent à la barre, Faye comprise. Tandis qu’elle reprenait l’entrainement, elle pouvait distinctement entendre des chuchotements. Visiblement, son petit solo n’avait pas fait plaisir à tout le monde. Concentrée sur ses pas, la jeune refusa cependant d’y prêter plus d’attention qu’il ne fallait. Après tout, si "Madame" l’avait choisie plutôt que d’autres pour passer cette audition, c’est qu’elle l’avait mérité. Tant pis pour les jaloux, les envieux et les idiots. Depuis qu'elle avait enfilé son premier chausson, elle n'avait eu cesse de songer à son avenir, et son avenir, c’était la danse. Depuis, elle s'était jurée que rien ni personne ne viendrait se mettre au travers de son chemin. Elle avait le cœur bien trop gonflé de rêves à l’idées de faire de sa passion son métier pour porter une quelconque importance aux messes basses, parfois même aux quelques piques lancées innocemment dans les vestiaires. Non, rien ne l'arrêterait. Rien.

•••

Tournoyant sur elle-même, Faye admirait son reflet. Le tissu souple et brillant laissait la fine brise, qui filtrait depuis la fenêtre entrouverte, caresser ses jambes nues. Un sourire satisfait, d’enfant, étirait ses lèvres roses. Elle essaya une pointe, puis deux, tournoyant encore et toujours pour finalement s’arrêter haletante contre le mur. La petite musique d’ascenseur qui résonnait dans la boutique acheva de lui donner un mal de crâne. Pourtant, elle souriait béatement. Une joie intérieure grandissait au fil des jours au creux de son ventre. Un mal de tête ? Tant pis. Ou tant mieux, il y avait quelque chose d'enivrant à haleter au rythme de la force invisible qui tapait contre ses tempes. Dans quelques semaines, le directeur de la compagnie du ballet de New-York le regarderait danser. Pour lui, elle se plierait en quatre s’il le fallait. Rien n’était trop beau. La totalité de son argent de poche était parti dans le choix de la tenue, ce pourquoi sa mère n’avait pas manqué de lui faire une réflexion. Mais y avait-il quelque chose de plus important en cet instant ? Revenant sur ses pas, Faye attrapa son sac d'un mouvement un peu trop brusque. D'une poche intérieure, une photo s'échappa. Sa photo. Lentement, la jeune fille s'accroupi et passa un doigt effilé sur le visage masculin. Cette audition marquerait un tournant dans leurs vies à tous les deux. Pour le moment, Jackson s'était montré plus que compréhensible. Il était son premier soutien. Peut-être même le seul. Leur amour de la danse les avait rapprochés, et elle gardait le souvenir de leur premier baiser sur ses lèvres. Un baiser d'enfants. Délicieux, un peu gauche, qui donnait tout de suite envie de recommencer. Faye sourit. Il fallait absolument qu'ils se voient pour une dernière répétition avant le grand jour. Absolument.

•••

Elle ne voyait plus rien et ne pouvait plus bouger. Tout ce qu’elle arrivait à distinguer, c’était un goût d’un liquide tiède, salé et pâteux infiltrer sa bouche. Elle devinait la silhouette de "Madame" à quelques centimètres d'elle, une ombre mouvante agitée de petits sanglots qui ponctuaient le silence de la pièce. Dans sa demi inconscience, Faye ne voyait même pas l'homme qui s'afférer au dessus d'elle. Cette fois-ci, elle n'arrivait pas à regarder droit devant elle, lucidement. Réellement. Jusqu’alors, elle s’était contentée de sourire et de rire doucement en son fort intérieur. Une technique, comme les autres, que Jackson lui avait conseillée. Il lui tenait la main, là tout près. Mais elle ne sentait rien. Elle le savait présent, inquiet, sans doute désolé aussi. Elle avait envie de lui dire que ce n'était pas de sa faute. Mais tout ce qu'elle était capable de voir et de ressentir se concentrait autour de ses pieds. En sang. Prise par surprise, Faye avait lâché un cri et chuté au sol dans un craquement sourd, à glacer le sang. C'était comme si toutes les forces qu’elle avait réussi à accumuler ces derniers temps s’étaient envolées sous la douleur mordante. « Vous saviez qu'il y avait des bouts de verre dans vos chaussons, Miss ? » La voix de l'homme se voulait prudente, mais Faye la reçu comme une gifle. « Non.  » Elle ne devinait que trop les regards entendus que l'homme et "Madame" s'échangèrent. « Tu peux essayer de te relever ? » Jackson. Son partenaire, son ami. Son ex. Celui qui avait été là depuis le début de la grande aventure. Qui avait répété avec elle, l'avait portée, enduré ses caprices pour que tout soit parfait. C'était trop bête. Il avait sacrifié des journées entières pour elle, même après qu'ils se soient séparés. Faye éructa un sourire. Elle pouvait sentir les premières larmes perler au coin de ses yeux. Elle aurait voulu les retenir, mais elle savait qu'elles finiraient de toute façon par couler. Et si elle voulait être franche avec elle-même, elle n'en avait ni la force ni le cœur. Quelque chose venait de se briser, quelque chose de sacré. « De toute façon, qu'est-ce que ça change si je peux me relever ? » Rien ne changeait. Mis à part qu'elle ne danserait pas aujourd'hui. Et qu'elle ne danserait plus jamais.

◊◊◊



PART TWO my personal brand of HEROÏN

« Viens là…! » La voix douce chuchotait maintenant contre son oreille, guidant ses mains dont le toucher déclenchait inévitablement une sorte de rythme. Lent, langoureux même, mélodie au fil d’un souffle sucré et doux – féminin. Elle pouvait sentir un parfum enivrant, le rire chantant contre sa peau ; les yeux fermées, vulnérable car à sa merci et en même temps tellement en confiance, Faye avançait. Un restant de pudeur déplacée lui criait d’aller moins vite. Mais qu’était la pudeur lorsque tout l’attirait tel presque de façon magnétique à ce corps qu’elle avait rêvé contre le sien depuis des heures ? Frémissante, la jeune femme eut à peine le temps d’éructer un gémissement qu’elle se retrouvait projeté au sol, la bouche humide à quelques centimètres d’une paire de hauts talons. Déjà, elle se sentait succomber sous les gestes innocents, mais qui déclenchaient en elle un feu si ardent qu’elle avait l’impression de brûler de l’intérieur. Ah, encore ! Plaisir coupable auquel celui qui se dit y résister est soit idiot, soit lâche. Soit anormal. Car enfin, comment pouvait-on penser échapper à une paire de jambes interminables, à la croupe des hanches fondantes et à la chevelure sauvage d’une de ces créatures créées pour les prémices de péché ? Dès les premiers instants, Faye avait su. Déjà hypnotisée, elle savait qu’il n’y aurait pas d’échappatoire à ce sourire. A ces mains. Cette poitrine. Ce corps qu’on lui permettait, par un miracle inexpliqué, de toucher. Lorsque les mains tremblantes de la jeune fille touchèrent la peau défendue, Faye sentit sa respiration se couper. Ses ongles devinrent griffes, elle tentait d’échapper à la peur d’un souffle anéanti par l’envie. Mais qu’il serait doux de mourir de la sorte !  « Je ne vais pas tenir très longtemps… Il faut… il faut que je… que tu… ah ! S’il te plait… Prends… prends…prends ! » Les mots lui sortaient péniblement de la bouche, comme si elle avait voulu les avaler. Elle ne voulait même plus perdre le temps qu’elle mettait à parler, autant de secondes qu’elle ne passait pas à la toucher, la sentir contre elle. Comme il s’y attendait, Etain arborait de nouveau son doucereux sourire; pendant quelques secondes, un silence absolu régna dans la pièce exigüe, Faye toujours à terre, une main blanche et secouée de spasmes tendu vers elle. Avec une lenteur torturante, elle contourna le petit tabouret qui les séparaient et s’assit, nonchalante, sur le clavier qui gémit trois notes sous le poids de la jeune femme. Elle lui sourit, croisant ses jambes autours de sa taille. « Tu es pourrie gâtée, tu obtiens toujours ce que tu veux quand tu demande poliment ? » Nouveau gémissement, des larmes coulant à présent ses joues. Pourtant, elle continuait à se battre. « Pour…pourquoi…pourquoi tu fais ça ? Je veux juste… juste… s’il te plait !» « Tu ne veux pas te lâcher un peu, mon chaton ? J’aime bien ton côté petite fille modèle, mais je t’aime aussi en petite sauvage… aller, tu peux le faire ! » « Mmmh… je ne sais pas… tu… crois ? » « Mais oui ! Regarde… » Etain leva alors une main d’un geste gracieux, charmant. Son doigt frôla celui de Faye. « Ah ! » Le cri de rédemption, le bienheureux bien-être. Faye se laissa glisser définitivement sur le sol, sa joue en feu contre le parquet froid. Un sourire d’enfant aux lèvres.

•••

Pendant quelques secondes, ils se regardèrent en silence. Elle se mordait la lèvre, tordant ses doigts derrière son dos, les ongles noirs s’enfonçant dans sa chaire. Il voulait lui dire quelque chose ? Vite. C’était déjà suffisamment pénible comme ça. « Je n’arrive pas à croire ce que je vois. » Bien droit devant elle, comme elle le gardait en mémoire, Jackson dardait cependant sur elle un nouveau regard : froid, un rien dédaigneux. Un regard sous lequel elle se sentait nue et affreusement vulnérable. Son cœur battait fort contre sa poitrine. Etain ! Son subconscient lui criait de courir au dehors, aller la retrouver. Il aurait beau tenter de la rattraper, il n’y avait rien affaire : quand elle se braquait, mieux valait la laisser venir à lui d’elle-même. Il la connaissait suffisamment pour savoir cela. Non, le plus surprenant, c’est qu’il savait manifestement tout. Pourquoi ? Comment ? En d’autres circonstances, elle en aurait été ravie. Ils s’étaient perdus de vue depuis le jour où on avait saboté son audition. Elle avait quitté le monde de la danse, et ce avec tout ce que cela comportait. Depuis, une errance rythmée au fil d’une révélation et d’une envie. Le monde de belles choses que sa mère lui avait fait miroiter n’était qu’une moitié d’un tout plus fascinant encore. Secrétaire au journal local – il fallait bien retrouver un métier – elle avait fait la connaissance d’un pigiste sentimental rejeté, qui passait d’avantage son temps dans ses petites affaires étranges que sur ses obligations rédactionnelles. Intriguée, Faye avait finalement fait la connaissance d’un jeune cinglé persuadé que des créatures d’un monde de morts et de ténèbres vivaient parmi le commun des mortels. Si elle lui avait rit au nez et traité d’abruti, Faye n’en était pas moins sortie des rêves plein la tête. Etait-ce vraiment possible ? Quel monde fascinant était-ce donc ? Sa rencontre avec Etain avait tout changé. Non seulement elle était initiée au secret des Faës, mais elle était prisonnière des charmes charnels de la jeune créature. Une fascination brulante, un manque sexuel. Des sentiments ? Faye n’arrivait plus à distinguer le vrai du faux. Ce qu’elle savait, c’était que ce manque déchirant qu’elle ressentait un peu plus chaque jour était loin d’être réciproque ; à présent, elle voyait Jackson à travers un rideau de brouillard - était-ce ce qui les déchirait l’une comme l’autre ? C’était vraiment trop bête. « Je ne vois pas de quoi tu parles. » Elle arrivait à distinguer sa mâchoire serrée sous ses lèvres parfaites. Elle se souvenait qu’il embrassait divinement bien ; enfin, pour ce qu’il était. Elle pencha la tête sur le côté. Partagé entre entre envie de crier et de pleurer ; crier son indignation, pleurer sa chance perdue. Mais c’était sans issue, il le savait. Tout comme elle. « Arrête ! Tu peux me raconter tout ce que tu veux, tu ne vas pas me faire croire que tu es la Faye que j’ai connue. Fière, droite, intègre, indépendante. Non mais… mais… mais regarde toi ! » Cette fois-ci, le jeune homme ne pouvait pas masquer le dégoût qui semblait le déchirer de l’intérieur. Faye se mordit la lèvre. « Tu vois ! Tu vois, j’avais raison. Putain… Est-ce que tu as la moindre idée de ce que c’est en train de te faire ?! » « "C’est" ? Tu en parles comme d’un objet ? » Il écarquillait les yeux. « Mais c’est un objet ! Un objet de torture, un monstre, une horreur. Et c’est en train de te dévorer de l’intérieur ! Je savais que le jour où tu as eu ton accident…tu ne serai plus la même. Mais là… j’aurais jamais cru que tu sombrerais… sombrerais… la dedans…» Il n’avait pas eu le temps de terminer sa phrase qu’elle l’avait giflé à toute volée. Les cheveux en bataille, le regard noyé de larmes et de rage, Faye tremblait comme une feuille. Elle avait soudain froid dans son shorty noir, le buste uniquement couvert d’une sorte de drapé de soie noire qui cachait à peine ses formes.  « Dis-le, vas-y ! Dis-le au lieu de l’utiliser comme excuse ! Ca te bouffe, hein ? T’es vraiment comme les autres. Vous les hommes, quand ça vous branche, vous êtes bien content qu’on montre un peu nos fesses. Mais quand vous vous rendez compte que vous n’êtes pas les seuls, tout de suite vous vous changez en salauds. T’es vraiment nul de me dire ça… à moi en plus ! »  « Ma pauvre... regarde toi. Tu crois vraiment que ça me fait envie, ton accoutrement ? » Elle en avait assez. Elle se sentait déjà défaillir, elle avait besoin d’elle, elle n’avait plus la force de tenir. « Je me fou de ce que tu peux penser. Et si ça te dégoûte tellement ce que je suis devenue, pas la peine de rester. Tu ne croyais tout de même pas que j’allais rester sur mon échec toute ma vie, si ? Pour que tu puisses me ramasser à la petite cuillère ? Je t’en prie… ne te donne pas l’importance que tu n’as pas ! » Des mots blessants, suicidaires. Mais c’était mieux comme ça. Elle avait déjà perdu sa mère. Mieux valait qu’il disparaisse aussi. C’était trop douloureux. Et elle risquait de sombrer encore plus vite.


∫ when you came in, the air went out


MANIES ▷ faye se mord les cheveux • faye se plante les ongles dans les mains pour ne pas crier • faye collectionner les cailloux • faye ne supporte pas les gens qui parlent la bouche pleine • faye corrige toutes les fautes d'orthographe qu'elle peut lire ou entendre

HABITUDES ▷ faye déteste la viande • faye n'aime d'ailleurs rien, sauf le sucré • faye marche principalement toujours avec des talons • faye parle couramment le français (avec un fort accent écossais) • faye dit toujours "merci" et "s'il vous plait" •  


∫ let's play the blame game


PSEUDO r@inbow* sur bazzart, mais les gens m'appellent ZAZA (oui, comme dans la bande à picsou !) AGE VINGT-DEUX PRINTEMPS et toutes mes canines AVATAR la sublime et classe TAMSIN EGERTON GROUPE INITIES, pauvre petite de moi CODE DU RÈGLEMENT code ok maë CRÉDITS CRISTALLINE pour l'avatar, F*CK YEAH TAMSIN EGERTON & TUMBLR pour les images et WILD HEART pour la signature AUTRE OMGHHKP

Code:
[color=crimson][b]tamsin egerton[/b] • faye finnigan[/color]


Dernière édition par Faye Finnigan le Lun 15 Juil 2013 - 10:52, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageMar 9 Juil 2013 - 15:47

Bienvenue ici Zaza ! Very Happy 
Contente que le règlement te plaise, j'espère que se sera pas la seule chose. Laughing J'aime beaucoup l'avatar que tu as choisis, il fait très Faye XD


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageMar 9 Juil 2013 - 16:09

MDR touffi Bienvenue sur le forum !
Espérons qu’Étain ne finisse pas par te tuer mdr 



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 16:27

Bienvenue :brill: 
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 16:58

Tiens, une pri-ya, très bon choix de poste vacant, je suis sûre que ça sera très intéressant comme personnage, surtout avec Étain (j'espère qu'elle viendra vite puppy )
Bon courage pour ta future vie de merde totalement en manque touffi 
Bienvenue, et l'avatar est vraiment sublime perv
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 18:34

Merci à tous les quatre :brill:

ezechiel : touffi Ben j'avoue que jusqu'ici, vous avez fait un travail moyen bof, et que le sublimissime règlement vous sauve un peu xD Et concernant Faye, j'ai vraiment envie de jouer à fond la carte faësaddict et quand je suis tombée sur le vava avec Tamsin en mode "come to me, mama" avec le rideau de scène derrière, j'ai sauté dessus mdr 

steppe : J'aimerais bien qu'elle me laisse encore quelques jours, moi aussi ! xD Même si ma nature sadomaso me commande de me livrer corps et âme à Étain :bave: 

Cermait : Moi aussi, j'ai hâte qu'elle vienne clap clap Comme déjà dit à Ezechiel, le personnage m'inspire beaucoup et le côté "en manque"va particulièrement bien à Tamsin je trouve ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Abaigeal MacLean
i believe that after we're gone
the spirit carries on ƒ 4

avatari believe that after we're gonethe spirit carries on ƒ 4




Pseudonyme : ruines. (clarisse)
En ville depuis le : 22/12/2012
Nombre d'insultes postées : 83
Crédits : mattress hole.
Âge du personnage : 34 ans, 284 ans en réalité.
Métier : historienne.


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Ethique et Morale
Statut : Indiquez le statut, le rang, de votre personnage au sein de sa race/ Pour les sorciers, indiquez si vous êtes mage, médium ou nécromancien(ne)
Capacités et inventaire :

MessageMar 9 Juil 2013 - 20:37

Bienvenue, chouette choix I love you
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageMar 9 Juil 2013 - 20:55

Je suis contente, je ne suis plus la seule à penser qu'elle a UN PEU une tête de droguée en manque xd



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 21:07

abaigeable : merci, et que dire du tien :brill: 

steppe : ah ben non, c'est même tout l'intérêt d'avoir choisi tamsin au lieu de imogen touffi 
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageMar 9 Juil 2013 - 21:08

Moi je dis qu'il va falloir un lien comme tu es très proche d’Étain, j'aime sa tête en manque touffi 
Revenir en haut Aller en bas
Ozrah
and i'm going down all the way
i'm the higway to hell ƒ 3

avatarand i'm going down all the wayi'm the higway to hell ƒ 3




Pseudonyme : Arcanne
En ville depuis le : 07/07/2013
Nombre d'insultes postées : 90
Crédits : Avatar : The Writer
Célébrité : Jamie Dornan
Âge du personnage : Trop pour le compter
Métier : Patron du Caroussel


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Loyal ♦ Mauvais
Statut : Démon Supérieur ♦ Bras droit de l'Envie
Capacités et inventaire :

MessageVen 12 Juil 2013 - 19:05

HEY MADEMOISELLE DROGUEE. (pardon)
Je dois te répondre par MP maintenant que j'y pense, je suis douée ><
En tout cas bienvenue et coucou officiellement hug 




    You don't know me. Lightning above and a fire below me, you can't catch me, can't holdme, can't stop, much less control me.
    When the floodgates open, brace your shores. That pressure don't care when it breaks your doors. Say it's all you can take, better take some more.
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageSam 13 Juil 2013 - 13:02

HEY MONSIEUR LE DAMNE. (pardon)
T'inquiète, prends ton temps, ya pas le feu aux flaques xD
Mais merci pour ce message de bienvenue ! <3
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 13:20

Double post, histoire de faire remonter ma fiche pour que les admins n'aient pas à chercher à l'autre bout de la file Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Una MacLean
there's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane

avatarthere's a ghost in my lungs and it sighs in my sleep ★ hurricane




Pseudonyme : purple rain ★ lisa
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 691
Crédits : avatar : swan - gif : tumblr - quote : never let me go, film
Célébrité : emilia clarke
Âge du personnage : 27 ans
Métier : Détective privé - elle s'occupe uniquement des affaires dans lesquelles sont mêlées les Outres


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : Chaotique Bon
Statut : Nécromancienne
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 21:06

Zaza :brill: Maé te tire son chapeau, moi aussi. Ta fiche est une belle surprise. Grâce à toi j'aime beaucoup faye maintenant xd Validée !



❝ Before the storm it was pitch black
Je pense que j'avais perçu qu'au-delà de cette ligne il y avait quelque chose de plus dur et de plus sombre et que je ne le voulais pas. Ni pour moi, ni pour aucun autres... - never let me go

Revenir en haut Aller en bas
Ezechiel Coghlan
YOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL

avatarYOU END UP FINDING THAT YOU HAUNT YOUR OWN LIFE + HOWL




Pseudonyme : maëva
En ville depuis le : 03/11/2011
Nombre d'insultes postées : 716
Crédits : (avatar) addicted tragedy (signature) tumblr
Célébrité : gaspard ulliel
Âge du personnage : 760 ans (29)
Métier : peintre


MANUSCRIT D’ÉMERAUDE
Orientation : neutre
Statut : bêta dominant
Capacités et inventaire :

MessageLun 15 Juil 2013 - 22:08

La scène avec Etain est à tomber ! :brill: 


The sound of iron shocks is stuck in my head, The thunder of the drums dictates the rhythm of the falls, the number of deads, the rising of the horns, ahead. From the dawn of time to the end of days I will have to run, away ▵ ©️endlesslove.
Hunt you down eat you alive
Revenir en haut Aller en bas
“ Invité
Invité
avatar






MessageLun 15 Juil 2013 - 23:30

Oh merci vous êtes trop choupinoutes :brill: :brill: 
Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé







Message

Revenir en haut Aller en bas
 

this isn't going to be some freaky pagan sex thing, is it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» She's freaky and she knows it, she's freaky and I like it (Skye)
» freaky girl ∞ attention vos yeux
» GROUPE 3 ► Freaky like us - Seconde partie de l'intrigue
» Freaky like us • INTRIGUE N°2
» Freaky ✮ Rei /-18\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∫ burn your life now :: anciennes fiches-